Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 12:26

         Au cours d’une soirée électorale, quand tout le monde, candidats vainqueurs ou vaincus, journalistes amateurs ou spécialistes d’une mouvance ou d’une autre, célébrités d’un domaine ou d’un autre qui puissent avoir quelque relation avec les enjeux de la journée, oui quand tout le monde, dis-je, se rassemble au gré des programmes des chaînes ou même quand les ténors et statisticiens se succèdent en « enchaînant les studios », j’ai toujours le plus vif plaisir à observer les comportements de tous ces individus mordus par la politique, et la manière dont ils s’arrangent pour paraître pleinement satisfaits des résultats me divertit souvent. Battus, ils se trouvent des raisons évidentes (cela me rappelle toujours ma sœur aînée qui, invitée à jouer quelque chose au piano, faisait endosser ses fautes et ses ratages à son tabouret de piano récalcitrant) pour expliquer qu’ils n’escomptaient pas la trahison ni le défaitisme qui s’étaient manifestés à leur égard – au passage, ils rappelaient tout ce qu’ils avaient fait de bien et qu’ils espéraient bien reprendre et renforcer à la première occasion. Ceux qui étaient en ballottage se voyaient déjà remportant la victoire au prochain tour, ils prenaient des mines pénétrées pour déjà trancher au niveau européen. Et pour les vainqueurs, fût-ce d’une courte tête qui devrait les inquiéter pour les lendemains à vivre, l’enflure de la tête et des chevilles les amenait déjà à tout régler sur le plan planétaire. Quant aux opinions non représentées par le scrutin, comme d’habitude, on ne les appelait pas à dire publiquement ce qu’ils avaient à dire et qu’aucun vote n’aurait pu traduire : les sans voix, ce sont les sans voix, point barre. Curieusement, cette distribution de satisfecits me rappelle l’apaisement de la fourmilière après son embrasement : la situation n’est en rien réglée, les civils souffrent toujours le martyre, mais les décideurs sont tous contents de ce qu’ils ont dit , fait ou non fait.

N’est-ce pas là l’essentiel, après tout ?

Partager cet article
Repost0

commentaires