Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2021 2 09 /11 /novembre /2021 20:15

ENTREE DANS LA MAUVAISE SAISON

 

                    Mes belins-belines, il n'est pas besoin d'un ordre du gouvernement pour qu'on se trouve heureux d'être confiné entre ses quatre murs, avec les volets bien fermés et le froid interdit d'intrusion. Naturellement, cette expression  d'un égoïsme domestique avec pantoufles fourrées et chats ronronnants n'empêche pas la pensée de tous ceux et celles qui précisément se trouvent privés de ce bonheur simple et de cette sécurité. Les associations caritatives se multiplient, sollicitent, quémandent - c'est maintenant qu'on fait le bilan de ce que le pouvoir aurait dû construire en urgence pour abriter tant de SDF et d'immigrés - mais le pouvoir semble soudain découvrir sur son calendrier que l'automne est presque déjà passé et que l'hiver talonne, alors que précisément le froid empêche les constructions en figeant le ciment et le béton ( Oui, M'sieu l'Ministre du logement, y aurait fallu y penser l'an  dernier). Bien au chaud, on se fait des crêpes, des gâteaux, des tartes... Depuis quand les femmes immigrées ou couchant sous les ponts n'ont-elles connu le bonheur de faire de la pâtisserie?

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2021 2 09 /11 /novembre /2021 10:50

PREVOIR L 'AVENIR

 

          Les professionnels des statistiques et des pourcentages ont appris à les manipuler pour leur faire dire ce qu'on veut qu'ils disent. D'ailleurs chaque organisme d'estimation des vérités d'après les sondages offre son résultat spécifique, assez différent des autres pour que le citoyen Lambda puisse choisir celui qui lui convient le mieux. Pendant des mois le duel Macron -Marine a été présenté comme un must aux nouvelles. Depuis moins longtemps mais avec une fulgurante insistance, on nous brandit à la place le duel Marine-Seymour, qui devrait tenir le bon peuple en haleine mais le bon peuple est fatigué, et en outre les duels Macron-Seymour et Macron-Marine n'ont pas trop perdu de leur réalité. Quant au quarteron de droite, comme dirait qui vous savez, il a offert hier soir à qui le voulait bien le spectacle assez grotesque de ses convulsions intestines : ils disent tous les même chose, mais font varier les formes grammaticales ou les emphases orales pour tenter de creuser des différences. Je ne me suis même pas préoccupée de savoir qui avait remporté le prix de l'élocution, les journalistes se serviront du résultat en long en large et en travers jusqu'à assurer la satiété du bon peuple, donc rien ne presse. Et pas besoin d'anticiper pour savoir que du fond de la mélasse où nous sommes il sera impossible de sortir.

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2021 1 08 /11 /novembre /2021 09:59

SUPPUTATION

 

                    Une amie dijonnaise et un ami lyonnais semblent particulièrement désignés pour que mes mails ne les atteignent point. J'ai aussi du mal à recevoir les leurs. Pourquoi ces deux-là? Je ne crois pas trop m'avancer en les rangeant plus ou moins (le plus pour eux tout de même, le moins pour moi naturellement vu mes incapacités officiellement reconnues) dans la catégorie des internautes ne s'aventurant pas dans la mer jusqu'à en avoir au-delà du mollet, disons au genou:  donc ceux qui, forcés de se mettre à l'ordinateur, l'ont fait avec le grand courage des anciens, histoire de rester un peu dans la course sans trop perdre le contact, mais de toute évidence avec du mal à suivre, parce que leur engin, qu'ils ont dominé à la force du poignet et non comme la seconde nature que les générations plus jeunes ont sans problème reçue dans leur berceau, a pris conscience de leur artisanat maladroit et à l'occasion renâcle et fait semblant d'être à bout de souffle. Je constate ce rapport très possible entre un individu toujours en apprentissage malgré ses cheveux blancs et une machine qui a besoin d'être menée avec fermeté. Mes deux amis et moi (ne leur en parlez pas surtout, car ils seraient peut-être interloqués de se voir ainsi jugés de l'extérieur à l'aune de mes insuffisances personnelles) devons quand même avoir un petit quelque chose qui manque : autrement pourquoi leurs mails refuseraient-ils si souvent de s'acheminer vers leur destinataire?

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2021 3 03 /11 /novembre /2021 18:45

CALCULS

 

                    C'est plus dur encore de reprendre le collier lorsque la semaine est tronquée. On doit sans doute, au fond de soi, se dire "puisque le lundi a été un cadeau, pourquoi le mardi n'en serait-il pas un lui aussi?". Pour ma part je me sens un peu en dehors de ces calculs d'apothicaire puisque j'ai bloggué ce lundi précisément, mais la remise à l'heure des pendules signale que je n'ai rien donné le mardi, et que nous voilà au soir du mercredi et qu'il fait déjà parfaitement noir au dehors. Je m'affaire beaucoup à contacter les éventuels membres du Jury du Prix de la Nouvelle si opportunément repris sous mon nom - c'est pour moi une grande satisfaction qui va mettre un beau point final à mes deux carrières en même temps. Je frétille déjà à l'idée de retrouver quelques personnages de l'ancien jury qui frétillent eux aussi d'évoquer la chaleureuse activité qui nous attend (car c'est une lourde tâche que l'appréciation des concurrents, avec lecture et relecture - parfois rerelecture - des copies sur lesquelles divergent les opinions). Nous attendons tous avec impatience de pouvoir fonctionner...

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2021 6 30 /10 /octobre /2021 12:15

REFLEXION POLITIQUE

 

          Pendant des décennies, après avoir maudit le père, j'ai voué le même mépris mêlé de frayeur à la fille, sous la forme d'un militantisme sans faille. Je ne veux pas dire qu'elle ait perdu de son potentiel nuisible malgré des discours qui ne disent que ce qu'ils jugent flatteur et électoralement engageant, mais on espérait de plus en plus fort que sa vogue auprès de la France d'en bas allait se tasser ou tout simplement, malgré des scores hallucinants, secréter de soi-même une sorte d'impuissance à dominer qui nous permettait de respirer. En fait, on s'est habitué à la voir faire partie du paysage politique sans trop de catastrophiques conséquences in termine, et l'émergence de son rival direct, la tête de mort à bec d'oiseau de proie, lui a ôté du mordant en se chargeant d'une partie de sa force. Au fond, on envisage difficilement que les deux factions de force égale et d'objectif semblable puissent s'imposer toutes les deux à la fois : le vote venu, elles vont plutôt s'entredévorer,  si l'on en croit leurs tons alarmés ici et là. Mais si, au contraire, elles conservaient l'une et l'autre leur potentiel de fanatiques, cela pourrait donner d'effroyables perspectives. Il est précieux que l'élection se fasse en deux tours : le coup de balai initial va faire l'effet d'un grouillement de fourmilière qu'on démolit avec un bâton.  On se prépare à de beaux spectacles.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2021 5 29 /10 /octobre /2021 11:12

CONTACTS REPRIS

 

          Il est curieux que les contacts   avec des amis soient aussi compartimentés. J'en prends conscience depuis ce qu'on appelle, en gros et souvent bien à tort, la reprise, à savoir, au niveau citoyen, le redémarrage des contacts sociaux après les confinements et les gênes de toute sorte imposées par l'épidémie,  car tout ce qui s'était maintenu en sourdine par le mail, le téléphone ou la lettre  ne faisait en réalité que figure d'ersatz '(ce produit de remplacement si fréquent au cours de l'Occupation allemande et dont il nous est resté la trace indélébile dans le vocabulaire) : on a pu le vérifier en appréciant les bisous et les étreintes affectueuses qu'on s'est arrangé pour se payer, au début déjà un peu à la sauvette, puis de manière plus réaliste et en oubliant les préceptes et précautions d'hygiène). Chaque groupe se retrouve avec le même sentiment qu'il va falloir oublier tout ce qu'on a vécu grâce au Covid, mais il semble que les liens se soient resserrés, alors qu'ils auraient pu se détendre : un bilan ,  certes temporaire mais tout de même, a fait se compter les places vides (en près de deux ans, il a pu s'en passer, des choses, au niveau des individus) et, à tort ou à raison, les rangs diminués ont l'impression d'être plus forts, plus solides. Espérons que cela durera.

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2021 2 26 /10 /octobre /2021 10:40

LA PLACE DES FEMMES

 

          Même dans mon enfance on ne connaissait plus guère la belle Ida Lupino de La Femme aux cigarettes :  c'est par la suite, par les exhumations des défenseurs de son rôle à Hollywood, que dans un contexte plus documentaire qu'esthétique on  a pu être renseigné sur son action décisive, sur son combat. Dans les années 30, il fallait être un homme pour réussir dans le cinéma. De nombreuses réalisatrices de talent se sont vu barrer l'accès aux caméras, et il a fallu à Lupino un entêtement - et une valeur -  incroyables pour qu'elle puisse s'imposer dans toutes les assemblées, syndicats  ou conseils auxquels elle s'arrangeait pour participer. A tel point de solitude (et de considération qu'on n'osait pas lui reconnaître ouvertement) que dans les réunions officielles où elle allait jouer les empêcheurs de danser en rond le président ouvrait la séance par un très significatif "Messieurs et Mademoiselle Lupino" qui est resté dans les annales. Je retrouve hier cette salutation historique et cela me    rappelle une séance de Droit maritime, en troisième année de Droit,  où les bancs de l'amphi se trouvaient peu garnis, ce qui avait permis au regard aiguisé du professeur qui d'entrée jaugeait son auditoire de me dédier un "Mademoiselle et Messieurs" assez insolite pour être par la suite commenté facétieusement en termes machistes, comme si je n'aurais pas dû en toute bonne logique me trouver là.

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2021 1 25 /10 /octobre /2021 18:43

LE TEMPS RETROUVE

 

 

          Par-delà les années, que dis-je? par-delà les décennies, c'est une magnifique chance que les retrouvailles de l'amitié puissent s'accomplir. Depuis Clair de Nuit et le passage chez Pivot en plein épanouissement d'"Apostrophe", le jeune journaliste enthousiaste d'un roman "à la Robbe-Grillet", selon les dires du maître, ne m'avait pas oubliée, et j'en faisais autant de mon côté. Par hasard il avait découvert que je signais au Salon du Livre d'Autun et je l'avais vu se dresser devant moi il y a quelques années, l'un et l'autre éberlués de se reconnaître sans le moindre doute. Il faudrait renouer comme il faut - bien sûr c'était le cri du coeur, mais mais mais... On n 'en avait rien fait. Il faut croire que les salons du livre ont quelque pouvoir entre nous puisque nous nous sommes retrouvés au Cloître aux Livres de Chalon il y a trois semaines. Cette fois-ci, on fixe une date... Aimerais-tu un baba au rhum?.... Voilà le baba honteusement dévoré à nous deux,  le voilà reparti en hâte pour ne pas rater son train. De quoi avons-nous parlé? De littérature, de philosophie, d'autrefois, de lui, de moi, de nous, de l'époque, de la vie... que nous aimons de la même passion goulue qui englobe tant de choses à la fois, les fleurs l'été les amis quatre pattes la bonne chère l'art la créativité le cinéma, et, juste effleuré, juste pour savoir où en était chacun, le souci des autres, souterrain, secret, mais essentiel et souvent ravageant. Juste de quoi sentir qu'entre nous il n'était point besoin de passerelle et que nous marchions à la même allure sur la même riv e...

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2021 7 24 /10 /octobre /2021 18:20

 

DOUTE

         

          Au lieu de vous réconforter, le contrôle minutieux de tous vos organes en prévision de l'hiver et de ses rigueurs serait capable de vous donner le bourdon, comme on dit chez moi, au cas où votre optimisme ne serait pas trop bien accroché. Je ne sais pas si j'en suis arrivée à représenter de la matière à médecine (comme on dit de la chair à canon à d'autres propos) : j'ai déjà fait allusion à ce caractère dangereux (parce qu'excessif et aveugle aux dommages collatéraux) du principe de précaution concernant l'oedème de ma rétine qu'on continue à traiter bien que tout soit remis en ordre. Je me demande si la même suspicion pas vraiment motivée me fait recourir à l'angiologie, à la radio,  à de nouvelles prises de sang, au changement de médicaments (on me fait passer de 75 mg à  160 mg, peu importe la denrée, ce qui compte  pour moi c'est le renforcement). Bref je serais en droit de m'affoler quelque peu si je me sentais affaiblie ou décatie, mais je continue sur mon erre de bien-être comme elle s'est redessinée depuis près d'un an. Ou alors, comme dit un ami qui ne me veut pas tant de bien que ça : C'est quand on  se sent bien en forme que les mauvaises passes vous arrivent dessus. Heureusement que j'ai le moral en parfait état de marche.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2021 5 22 /10 /octobre /2021 11:32

 

IMMINENCE

 

                    En songeant à reprendre notre vitesse de croisière (sans plus nous aventurer vers le grand large avec une audace qui ne serait plus de saison),  je me fais la réflexion qu'après l'échéance des 5.000 tout se passe normalement, en théorie sans secousse, en pratique avec ses caprices habituels qui parfois lui donne l'apparence d'avoir le hoquet. Du moins ne me suis-je jamais reprise dans mes dires et proclamations : ces temps-ci, dans ce contexte déglingué d'avant élections où chacun veut se faire sinon entendre du moins remarquer (le pompon revenant au candidat non déclaré qui s'est révélé tel qu'en lui-même, avec son fusil à lunette perfectionné pour viser les journalistes - quelle allure pour un prétendant à la présidence!), les informateurs se régalent à mettre en contraste les déclarations ou les décisions du chef de gouvernement à trois ans d'intervalle : il voulait A, désormais il veut Z, il défendait le camembert désormais il lutte pour le coulommiers. Personne n'échappe à ce petit jeu, les archives sont époussetées et passées à la loupe pour trouver du document montrant comment les prises de position les plus graves peuvent être dédaignées, oubliées, piétinées avec le plus beau sang-froid. En vérité, la grande bagarre a commencé. Puisse-t-elle nous fournir joyeux divertissement par-ci par-là, pour évier la monotonie des parlottes et la lassitude des coups de Jarnac qui vont s'échanger avec raffinement et subtilité (ou tout aussi bien violence et grossièreté) entre les divers champions des futurs défenseurs de la paix nationale.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens