Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mai 2021 5 28 /05 /mai /2021 16:20

 

ENTRETIEN AVEC FAOUZI

 

 

          De temps en temps - pas assez souvent à mon goût - le taxi que je prends m'offre le plaisir d'avoir Faouzi au volant. Nous avons fait connaissance il y a plusieurs années (voilà vingt ans que je me déplace uniquement en taxi) parce qu'il lisait un livre sur la Palestine et que j'avais vu le titre sur le siège devant. J'avais le temps, nous avons causé de la Palestine. J'ai pu lui montrer comme j'étais au courant de l'histoire tragique de son pays, que je luttais de tous mes moyens pour alerter les consciences, que je pratiquais le boycott comme seule arme à ma disposition pour gêner les ignominies israéliennes si variées et si arrogantes. Il était étonné de découvrir une Française aussi fervemment passionnée pour la Palestine  : nous sommes nombreux pourtant, aux côtés des Juifs anti Israéliens, à militer pour attirer la réprobation universelle sur un état voyou qui ne s'exprime que par la violence et la haine, qui ne rêve que de détruire Gaza et les Palestiniens pour s'emparer de tout le territoire dont les autres nations ne lui avaient accordé qu'une partie, qui implante ses colons sur le territoire des voisins aussi odieusement que le faisait l'Occupation hitlérienne, qui parce que cinq millions de ses ressortissants ont été assassinés par les nazis (et certes c'est bien là l'horreur inexpiable) a décidé de se venger de ce crime contre l'humanité sur une population innocente, en s'inspirant des méthodes d'extermination nazies et en défiant le reste du monde d'oser l'empêcher d'agir en criminel éhonté échappant à tout châtiment ou même à tout blâme.  Nous sommes heureux, malgré la tristesse de nos propos, de trouver chez l'autre la même sollicitude désespérée pour une nation martyre.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2021 5 28 /05 /mai /2021 11:55

 

 

CHATEAUX EN ESPAGNE

 

          "Ah! si j'avais 200.000 €! soupire mon aide ménagère, je saurais bien comment les investir!" Je m'étonne un peu de la savoir si au courant des fluc tuations financières et des problèmes de placement d'argent, mais elle est aux aguets en toute direction et défend sa position avec flamme. "C'est le prix moyen d'_une maison en Espagne, au bord de la mer, hiver presque inconnu, pas besoin de chauffage..." J'apprends ainsi que les petits malins qui ont fait des économies forcées, et forcenées peut-être,    pendant la Covid et le confinement ont presque tous réalisé pareil achat:  allez, on boucle les valises, ou même carrément on déménage, à nous la retraite au soleil et les pieds dans l'eau! Si M. Macron comptait sur nos économies pour la relance, c'est râpé! Un Tiens vaut mieux que deux Tu l'auras... Mon aide ménagère rêve quelques instants sur cette vision paradisiaque si facilement à portée pour les catégories sociales pourtant modestes auxquelles elle n'appartient pas.  Je m'efforce de la réconforter : Et une fois installés sur la plage, que feront-ils pour vivre? "Ils trouveront un travail à leur idée". En Espagne? Là où le chômage est roi? "Ils vivront de rien, d'une paella le dimanche, d'une poignée d'olives..." Je ne discute plus. Je me demande tout de même si ces maisons de rêve n'étaient pas les maisons de vacances de la grande frénésie de construire d'il y a quarante ou cinquante ans...

Partager cet article
Repost0
25 mai 2021 2 25 /05 /mai /2021 18:59

 

JE LIS, TU LIS, IL LIT, AH NOUS LISONS...

 

          Je me rue avec violence dans une grande débauche de lecture. Un livre à peine fini, un autre est commencé. J'ai constitué des réserves installées en bonne place, afin de lire sans frein dès que mon blog est envoyé. Olivier mon ami libraire ferait fortune si toutes ses clientes étaient de mon gabarit. J'ai parfois une faim dévorante d'un bon polar - pas toujours facile à dégoter. Quand on en a trouvé un  convenable, le mieux c'est encore de se fier à la liste "Du même auteur" (et des fois ça loupe). Dans la quantité, on finit par connaître les styles (pas vraiment d'écriture, ou c'est rare) ,  les atmosphères, les tonalités, les personnages, les thèmes, les obsessions (la haine entre générations, l'horreur du père, la permanence de la déportation des communistes, chez certains le raffinement de la violence sur le corps humain) - et les USA fournissent de gros bouquins d'un genre spécifique, marqué inévitablement par les aspects saillants de leur histoire,  le Far West, la guerre civile, la grande Dépression, l'installation de la mafia, le terrible racisme du Sud... Tout cela qui colore souvent le polar se trouve en priorité dans les volumineux romans sur trois ou quatre générations, toujours situés sur un fond historique qui explique les comportements de clans isolés loin de la civilisation, où fermentent les rancoeurs, les jalousies, les haines et les trahisons en tout domaine... C'est parfois un peu fouillis mais quelle magie dans le récit! Oui, on plonge, on plonge...

Partager cet article
Repost0
25 mai 2021 2 25 /05 /mai /2021 12:25

 

 SOS  PALESTINE

 

          Finalement je crois que j'ai eu tort de m'affoler devant l'éventuelle transmission de cet arrière-plan quadrillé jusqu'à vous : en effet la page imprimée que j'en ai tirée est aussi blanche que d'habitude, ce n'est que sur mon clavier que les petits carreaux se maintiennent allègrement - tant pis pour moi, car c'est vraiment gênant. Malgré les manifestations des gens que la situation en Palestine rend malades (ceux que couvre de honte et de colère un état français aussi hostile à Israël que l'était Vichy face au nazisme) la situation  là-bas n'est pas passée à l'ordre du jour. Le premier plan est toujours occupé par quelque incident ou quelque décision de Paris qui refoule les informations sur le sort de Gaza en dernière page; on en parle par-ci par-là sur les plateaux mais mollement,  sans détails, comme à la sauvette. Pourtant des têtes remarquables publient des articles  parfaitement éclairants, sur un grand journal ou un autre, de manière à secouer l'opinion des aveugles et mal  entendants qui depuis plus de soixante ans entendent vaguement parler du problème palestinien sans savoir ce dont il retourne : c'est si loin, et puis dites donc, c'est des Juifs, c 'est des Arabes, y n'ont qu'à se débrouiller entre eux, c'est même pas une colonie à nous. M. Macron a l'esprit tout plein de sa campagne à venir, vous pensez bien qu'il n' a pas une minute pour se renseigner sur l'actualité de Jérusalem ou de Gaza. Déjà qu'avant il ne s'est jamais intéressé à la question, c'est pas le moment de s'y mettre.

Partager cet article
Repost0
25 mai 2021 2 25 /05 /mai /2021 11:18

 

QUADRILLAGE

 

 

          Heureusement, mes belins-belines, que vous n'avez pas accès à mon clavier, d'où doivent s'envoler mes messages d'amitié jusqu'à vous! Figurez-vous que depuis avant-hier la page sur laquelle j'écris est devenue toute en petits carreaux, un peu comme les demi-cahiers des petits quand ils commencent à griffonner (ou même, plus exactement, comme le papier millimétré sur lequel on me faisait dessiner des abcisses et des ordonnées, à quoi donc ça servait grands dieux?). J'ai tout essayé pour effacer ça, rien à faire! En dehors des touches que j'utilise couramment pour mes messages, il reste tout un tas de boutons ou poussoirs dont j'ignore la destination, et certainement l'un d'eux doit être responsable de ce quadrillage gênant. J'ai dû à peine l'effleurer avant qu'il se déclenche, mais où le retrouver pour détruire son effet par un simple réeffleurement? J'ai cru bien faire en coupant le courant hier soir, espérant qu'au rallumage on repartirait sur nouveaux frais. Ah ouiche! Le quadrillage est revenu, docile comme un âne entêté. Il ne me reste plus qu'à souhaiter que ce qui va vous atteindre ne soit que la transmission du texte sans son accessoire. Déjà que j'ai honte de vous entretenir de pareil sujet, alors qu'il y a le covid d'un côté et la Palestine de l'autre. Mais je vais me rattraper, promis juré!

Partager cet article
Repost0
24 mai 2021 1 24 /05 /mai /2021 13:01

 

 

EN SOMMES- NOUS DEJA A L'APRES VIRUS?

 

         

          Les résultats des sondages et statistiques officiels ne nous sont pas encore parvenus, mais il est très possible que se soit quelque peu refroidi le bel enthousiasme de ces jours de fête et de vacances (douze millions de voyageurs ont pris  tout récemment les trains sortis de leurs rotondes pour aller contaminer les campagnes). Certes une grande proportion de citoyens sont maintenant vaccinés, mais il n'a jamais été dit que les vaccinés ne véhiculaient pas des risques de contagion. La vision sympathique et joyeuse des terrasses ensoleillées bourdonnantes de conversations ressemble plutôt à celle d'un gros pansement bien net, bien réconfortant, posé sur une blessure profonde qui n'a pas fini de suppurer là-dessous. Les masques qui ont donné aux rues une physionomie si particulière depuis quelques mois vont bientôt disparaître, entraînant dans cette disparition les réflexes acquis difficilement par une population qui ne pratiquait nullement ce geste d'hygiène élémentaire auquel le masque était associé, à savoir le lavage des mains qui pour la masse de la population faisait plutôt pendant la pandémie figure de rite de superstition. Les nouveaux convertis à la propreté des mains et des ongles garderont-ils la foi adoptée à contre-coeur et peut-être tardivement? On peut malheureusement craindre que les rares acquits nés de cette grande épreuve n'aient un destin fragile

Partager cet article
Repost0
22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 13:40

 

 

SUPPUTATIONS

 

          J'essaie souvent de lutter contre le pessimisme et j'y réussis en général assez bien. Ce qui ne m'empêche pas par ailleurs de ne rien attendre de bon dès que le genre humain est engagé dans une entreprise quelle qu'elle soit. Et certes on en a vu ces derniers temps des médecins, des politiques, des économistes, des philosophes même, qui tournés vers un avenir riant retrouvaient des enthousiasmes de Libération pour accueillir la fin du confinement. Et certes aussi personne plus fervemment que moi n'avait jamais souhaité la reprise de la vie ordinaire - qui ne serait bien sûr jamais plus comme avant, mais qui pourrait du moins redonner le goût à l'existence par les arts, le théâtre, les concerts, le cinéma, la joie des réunions (et la fin de la détresse, non oubliée, jamais oubliée, des petits commerçants dont on avait pendant si longtemps nié le droit à la survie). Cependant la découverte de  cette plongée de la foule dans l'insouciance retrouvée,  dans l'ivresse de la liberté, dans l'allègement de tant de pesanteurs m'a remplie d' étonnement. Vraiment tout le monde semble croire que la guerre virale est finie, qu'on a tourné la page. Vive le petit café du matin sur les terrasses, vive le resto à midi avec les collègues, vive l'apéro le soir avec les copains! Bien sûr que c'est bon, tout ça... Et pourtant que de crainte d'un  retour brutal de la plaie de notre temps, au cas où toute cette belle effervescence ramènerait des conditions de contagion imparfaitement maîtrisées...

Partager cet article
Repost0
21 mai 2021 5 21 /05 /mai /2021 11:42

 

 

UNE MANIF, UNE GUERRE...

 

          Bon. Les policiers manifestent à leur tour. Avec la présence de l'Intérieur au premier rang, le résultat des courses ne sera qu'un tendre échange de propos, du style "absolu dévouement à l'Etat" auxquels sera répondu "on va tâcher d'augmenter vos paies et vos contingents, oui oui on y pensera". Ces antiques et dérisoires promesses vont terminer la journée à la satisfaction de tous, et les policiers seront tout contents d'être descendus dans la rue pour y défiler. Ce qui ne les empêchera pas de penser sournoisement qu'ils vont voter Le Pen, comme d'ailleurs les médias mine de rien y poussent tout le monde : ils ont dédiabolisé le parti, puis ils montrent que même sans programme Marine adopte toutes les mesures de droite que la droite avait élaborées, diminuant ainsi le moindre écart entre les deux factions, enfin et surtout ils insistent sur une anti-immigration militante à laquelle la droite adhère secrètement sans oser trop le dire depuis longtemps. Bref les élections auront du mal à faire entendre la voix des protestataires authentiques, d'autant qu'il la boucleront sans doute en foule à cette occasion. Mais dites-moi,  il y a bien une guerre où la Palestine est en agonie? On pourrait bien nous en parler tout de même! Je sais bien que ça n'intéresse pas M. Macron ni les médias le moins du monde, mais il existe une bonne proportion de gens de coeur dans le pays qui se désolent de voir se dérouler cet ignoble conflit. sans qu'on le mentionne jamais ou presque.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2021 5 21 /05 /mai /2021 11:01

 

 

LES FLMICS MANIFESTENT

 

          Même les médias de service, qui fonctionnent comme brosse à reluire (surtout pour cirer les pompes à Marine mais l'un n 'empêche pas l'autre) et qui pour le sens de l'humour ont le niveau du café du Commerce ont perçu ce qu'il y avait de comique, d'inédit, de grotesque dans le déroulement de la manif des policiers orchestrée officiellement avec tant de grandiloquence. C'est devant l'Assemblée, but du parcours, que l'instantané a été réalisé. En tête de cortège l'Intérieur, sérieux comme un pape en promenade, conversant aimablement avec  ses subordonnés comme s'il y avait raison pour un ministre de défiler en leur compagnie (puisqu'ils sont rassemblés, eux, pour lui exprimer leurs reven- dications). Derrière les murs de l'Assemblée, la Justice, conspuée violemment par les manifestants, aboyant de peur et de fureur devant les députés qui n'en pouvaient mais. Dans la foule hérissée de drapeaux, les syndicats partagés en gros en deux factions distinctes : les lécheurs de bottes à tout crin qui venaient se faire câliner et féliciter, et les révoltés en sourdine qui venaient là pour en découdre. Le simple énoncé de ces deux courants peu réconciliables indiquait qu'il ne pourrait y avoir de solution satisfaisante pour tout le monde : personne ne peut dire ce à quoi aura servi ce défilé d'uniformes. A signaler tout de même qu'il n'y avait aucun casseur infiltré dans leurs rangs, ce qui est déjà une bonne chose.                                                                                                                                                                                                                      

Partager cet article
Repost0
18 mai 2021 2 18 /05 /mai /2021 11:38

POURCENTAGES

 

 

         

          C'est peut-être une conséquence des temps de pandémie, à force de sans arrêt nous communiquer les chiffres des morts, des mourants, des nouveaux contaminés, des testés ou des vaccinés : en tout cas la manie du pourcentage est désormais si profondément enracinée dans la communication qu'on nous bombarde de ces estimations auxquelles presque plus personne n'ajoute crédit. Il n'empêche que les discussions du café du Commerce s'appuient essentiellement sur les pourcentages qu'on s'envoie à la figure comme les arguments les plus affûtés des discussions de l'ancien temps, à une époque où c'est tout juste si on apprenait aux élèves du Certificat d'Etudes que l'intérêt de la Caisse d'Epargne se calculait à 4 % sur l'année. De nos jours, n'importe qui pourrait, s'il avait un peu de mémoire, réciter les pourcentages de Marine Le Pen dans la course au trône (ceux qu'on lui attribue en face de M. Macron, ceux que lui accordent les policiers, les ouvriers, les Juifs, les intellectuels, les musulmans). C'est à elle que les médias réservent les pourcentages les plus parlants, comme s'ils lui chauffaient sa place à l'avance. Les candidats des régionales aussi - mais en moins affiné - sont affectés d'un coefficient, même qu'on ne peut se défendre de voir dans ces chiffres le goût personnel du journaliste plus que le résultat d'un comptage sévère. Et qui garantit que ces pourcentages correspondent à quelque chose? C'est pourtant ce dont nous allons avoir les oreilles rebattues jusqu'aux régionales, et puis surtout jusqu'aux autres.?  Faudra tenir le coup.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens