Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 janvier 2021 5 22 /01 /janvier /2021 18:35

Evenement vu de près

 

 

          Je suis restée scotchée hier sur la théorique passation des pouvoirs. Non que je sois amateur de célébrations grandioses dans la joie ou dans la douleur, mais par curiosité, attendant plus ou moins à chaque instant un coup d'éclat du lion blessé, un coup de force mal déjoué qui n'épargnerait pas les bâtiments traditionnels dans les derniers sursauts de démence d'un esprit tordu. Pas une espérance de voyeur, certes, mais une crainte de l'horrible remplacée progressivement par l"impression que le vent se calmait. C'était si différent de l'intronisation d'Obama et de Michelle, l'élégance et la légèreté de ce couple qui marchait, courait, s'ébattait pour s'installer à la Maison Blanche. Mais peu à peu la détente s'imposait. Les symboles, marqués, annonçaient une disposition de compréhension et de bienveillance telle qu'elle avait été promise. Le passage à l'église, la bénédiction, la ^prestation de serment, tout cela créait une impression grandissante d'apaisement, la variété des prestations (Lady Gaga chantant l'hymne  dans son époustouflante jupe écarlate,; la musique d'orchestre remplissant tous les vides, les sonneries de trompettes d'argent : oui, l'atmosphère  était à la lenteur, personne ne se pressait, on présentait les couples l'un après l'autre, on attendait la suite du menu. Ainsi on passa aux cadeaux pour le président et la vice-présidente, on alla saluer les soldats inconnus (un pour chaque guerre), enfin il y eut le discours, venu du coeur, plein d'humanité et de promesses. Les constructions de défense se révélèrent vaines; et j'ai aimé qu'ils partent tous comme après un bonne nuit cordial, chacun sur son itinéraire, pas de final grandiose. J'étais très soulagée en m'endormant.

 

URGENT /  (Grand-mère Adrienne Monique C.)

Please HELP! Merci d'envoyer par e-mail l'adresse postale égarée par les chats! Enveloppe retour attend, toute prête, manque seulement l'intitulé indispensable. Merci de mettre fin à la honte et au désespoir!                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             

Evenement vu de près

 

 

          Je suis restée scotchée hier sur la théorique passation des pouvoirs. Non que je sois amateur de célébrations grandioses dans la joie ou dans la douleur, mais par curiosité, attendant plus ou moins à chaque instant un coup d'éclat du lion blessé, un coup de force mal déjoué qui n'épargnerait pas les bâtiments traditionnels dans les derniers sursauts de démence d'un esprit tordu. Pas une espérance de voyeur, certes, mais une crainte de l'horrible remplacée progressivement par l"impression que le vent se calmait. C'était si différent de l'intronisation d'Obama et de Michelle, l'élégance et la légèreté de ce couple qui marchait, courait, s'ébattait pour s'installer à la Maison Blanche. Mais peu à peu la détente s'imposait. Les symboles, marqués, annonçaient une disposition de compréhension et de bienveillance telle qu'elle avait été promise. Le passage à l'église, la bénédiction, la ^prestation de serment, tout cela créait une impression grandissante d'apaisement, la variété des prestations (Lady Gaga chantant l'hymne  dans son époustouflante jupe écarlate,; la musique d'orchestre remplissant tous les vides, les sonneries de trompettes d'argent : oui, l'atmosphère  était à la lenteur, personne ne se pressait, on présentait les couples l'un après l'autre, on attendait la suite du menu. Ainsi on passa aux cadeaux pour le président et la vice-présidente, on alla saluer les soldats inconnus (un pour chaque guerre), enfin il y eut le discours, venu du coeur, plein d'humanité et de promesses. Les constructions de défense se révélèrent vaines; et j'ai aimé qu'ils partent tous comme après un bonne nuit cordial, chacun sur son itinéraire, pas de final grandiose. J'étais très soulagée en m'endormant.

 

URGENT /  (Grand-mère Adrienne Monique C.)

Please HELP! Merci d'envoyer par e-mail l'adresse postale égarée par les chats! Enveloppe retour attend, toute prête, manque seulement l'intitulé indispensable. Merci de mettre fin à la honte et au désespoir!                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2021 2 19 /01 /janvier /2021 18:35

 

 

 

UN FILM FORT MEDIOCRE

 

          Je suis toujours remplie de désolation lorsque l'admiration ou au moins la grande estime que j'éprouve pour quelqu'un qui crée - un peintre, un musicien, un écrivain, un poète - ou dont l'humanisme  m'est cher, se trouve attaquée par une erreur, une faille, un démérite quelconque. J'ai alors l'impression que son podium s'effondre, et m'entraîne dans sa chute. Hier soir c'était le tour de Sidney Lumet. C'est un réalisateur dont j'ai vu et aimé à peu près tous les films, et dont le sens de l'humain me touche particulièrement. Hier, avec The  Offence (c'est d'ailleurs mauvais signe quand le titre n'est pas traduit, c'est qu'on n'est pas sûr du sens :The °Pledge, Indiscretions etc) le sujet n'était pas la quête par un gendarme sans grande finesse de l'assassin des fillettes violées, mais semble-t-il la réaction sur son équilibre mental de toutes les cruautés et violences qu'il a connues. Il se fixe obstinément sur un suspect et en dehors de toute légalité et de toute raison le cogne à mort, dans un semi-délire où se mêlent une violence odieuse envers sa femme, des questionnements épouvantés et hallucinés sur sa responsabilité et l'amorce de la folie. Le fait qu'il ait tué le suspect finit par  suggérer qu'il ait voulu le faire taire sur ses propres agissements: n'a-t-il pas trouvé le corps  de la victime tout seul, alors que toute la police est en battue en vain? il le rapporte comme une proie, il en est obsédé comme s'il était l'auteur du forfait (the offence). S'il ne l'est pas, la manière dont est rendu son délabrement est très mal traduite, et Sean Connery est peu crédible. Il y a quelque chose de déséquilibré dans ce film : d'ailleurs le réalisateur l'a pratiquement désavoué et l'acteur n'a plus jamais voulu reprendre de rôle de ce genre. Ma considération pour Sidney Lumet  sera en baisse jusqu'à la prochaine venue de Douze Hommes en Colère.. sur nos petits écrans.... 

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2021 6 16 /01 /janvier /2021 15:02

CONSIDERATIONS D'ENSEMBLE

 

          Une nouvelle glanée quelque part pour remonter le moral : un Américain ayant triomphé une première fois du Covid-19 est de nouveau contaminé, et beaucoup plus sévèrement. Le grand ennui des traitements tentés pour guérir du virus paraît bien être cette démultiplication du moindre geste  Le test, si je ne m'abuse, se fait en deux temps; le vaccin a besoin de deux manipulations...Si bientôt il faut deux contaminations consécutives pour pouvoir être guéri ou déclaré indemne, où allons-nous? Mais où allons-nous? Le cas ne semble pas encore avoir été envisagé par les instances qui nous confinent ou nous déconfinent, selon des justifications que beaucoup de gens sensés ou d'avis respectable contestent - pour autant, il faut bien suivre le courant, et la désobéissance est d'autant plus suicidaire qu'elle est ici synonyme de refus de solidarité...Et qui donc voudrait passer pour égoïste, dans ce contexte d'effondrement moral d'où émergent à grands cris les appels au souci de l'autre et, lumineux, les dévouements silencieux des soignants quels qu'ils soient? En tout cas, le seul sujet reste le virus dans ses mutations et ses propagations : les chiffres augmentent, inquiétants - moi je ne peux m'empêcher de regarder la courbe des morts qui fait frémir. Les morts se comptent comme à la guerre, par    centaines, par milliers, selon de froides statistiques qui cherchent à échapper au domaine de la sensibilité. Quant aux confinements et autres couvre-feu,  si leur effet doit être limité par de ponctuelles levées d'interdiction ou, tout autant,  par la manière peu stricte dont sont acceptés aux frontières certains voyageurs non européens (il suffit d'un individu pour ensemencer tout un territoire), alors c'est à désespérer de tous les efforts ici et là imposés à la planète.

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2021 6 16 /01 /janvier /2021 14:58

LA TELE A LA PELLE

 

          Je n'ai rien, absolument rien, contre Jean-Pierre Pernaud. Ignorant depuis la création abusive de la chaîne ce qui se passait sur TF1, je l'ignorais du même coup et son nom ne faisait pas naître en moi les sourires de bétail ravi des habitués de ses performances. C'est depuis que TFI a déversé sur LCI  une partie de ses programmes avec les ténors y afférant que j'ai fait connaissance avec sa satisfaction permanente. En même temps, je dois dire que je faisais connaissance avec certains coins ravissants de la France profonde, avec des châteaux pittoresques, avec des paysages inédits : d'où une raison supplémentaire de ne pas m'élever contre sa fonction ni même contre sa manière de la pratiquer. On lui a fait abondamment de joyeuses célébrations d'entrée en retraite, après je crois 38 années de bons et loyaux services aux informations : c'était là un signe normal d'amitié entre collègues, sauf que la presque hagiographique insistance sur sa personnalité exceptionnelle poussait le bouchon pas mal trop loin. Mais surtout on nous annonçait son paisible retrait en direction des verts pâturages du repos. Or dès le lendemain de sa dernière apparition  aux nouvelles de TF1... Coucou! Le revoilà! sur LCI... Et pas en modeste manoeuvre-balai, selon la terminologie officielle des Agences pour l'emploi, mais bel et bien sur le  dessus du podium : "Jean-Pierre et Vous"... L'actualité + Vous + la France profonde : je ne suis pas certaine que la formule aboutisse à un heureux mélange, mais je me doute qu'une grande partie du public se laissera happer par ce Vous racoleur.

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2021 4 14 /01 /janvier /2021 11:36

UNE VILAINE AFFAIRE

 

          L'affaire a quand même fait du bruit - le bruit qu'il convenait de faire, mais dont d'instinct je m'étais imaginé qu'on allait de nouveau l'étouffer. Olivier Duhamel, c'était l'un de nos sages. Depuis des années on le voyait  sur les plateaux de télévision, il y avait même sur LCI ses jours et ses places attitrés, sur la longue distance on pouvait connaître son évolution politique (ouais, mes jolis) et on l'adjoignait même tout récemment au duo Ferry- Cohnbendit, histoire de couronner la semaine par un bouquet de notables. L'affaire a sans doute éclaté comme une bombe, mais peut-être l'omertà s'étendait-elle à pas mal de gens. On se déclare à présent soulagé - preuve qu'on savait et qu'on ne disait rien. Je me demande, d'une part quel a été le sentiment des collègues de plateau qui discutaient avec lui comme avec un respectable politologue, d'autre part - autre problème - ce qu'on va creuser à propos de "ceux qui savaient". Par exemple quand Bernard Kouchner reconnaît que sa fille, dont le livre a levé le voile sur les horreurs de la famille,  a eu "un grand courage"' pour lequel il l'admire, n'avoue-t-il pas du même coup qu'il n'a pas eu, lui, ce courage-là? Et qu'il ait fallu tant d'années avant que la chose soit connue, n'est-ce pas aussi extravagant? Démission automatique de toutes ses fonctions : c'est la moindre des choses. Va-t-il se terrer comme un rat avant que les débats judiciaires ne le forcent à sortir?

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2021 2 12 /01 /janvier /2021 19:20

ON DOIT A HATHAWAY...

 

          On doit à Hathaway un véritable chef-d'oeuvre, Peter Ibbetson (1935) plutôt méconnu parmi tous les grands films d'action et de plein air ou du Wild West  qui ont beaucoup de charme (sans avoir l'originalité ou la finesse de cet unicum  qui transportait d'admiration André Breton et les surréalistes). C'est en pensant à l'ensemble de cette production vigoureuse, et par égard pour ce grand film, que je ne peux me retenir d'épingler son choix de Gene Tierney, l'héroïne inoubliable de Laura réalisé par Preminger en 1944. Certes elle avait déjà devant elle un avenir prometteur dans le cinéma, mais pas forcément, dans un ridicule drame de luttes tribales, en princesse exotique et lascive avec le dos et le nombril découverts. Le scénario de Sundown (Le Crépusucle) est déjà d'une banalité écoeurante; y inclure ce personnage de femme fatale au coeur de l'Afrique relève du plus débile mauvais goût. On peut pardonner au réalisateur et à la star d'avoir fait si médiocre cette fois-ci, mais franchement le spectacle de leurs deux insuffisances conjuguées n'avait rien de satisfaisant pour le téléspectateur égaré d'hier soir.

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2021 2 12 /01 /janvier /2021 17:27

RIVALISER AVEC POPEYE

 

          Rien de tel pour corriger l'anémie que de vous bourrer l'estomac de diverses denrées appropriées. Je devine bien qu'on a dû combiner là-dedans du fer, du potassium, pourquoi pas du sulfate et du manganèse, en évitant la soude caustique et le cyanure. En tout cas le fabricant nutritionnaire s'efforce de dissimuler le goût de métal sous des arômes trompeurs qui ne trompent guère. Ces petits pots par lesquels on essaie de vous enchanter s'appellent des crèmlines et sont censés évoquer le baba au rhum, la framboise, le caramel ou la vanille, la tarte meringuée (!) ou la tarte Tatin (!!) : l'invention débridée des nutritionnistes se borne à l'étiquetage et non à la recherche de la vérité, ce qui règne incontesté sur tous ces parfums prétendus se bornant à une vague senteur douceâtre à saveur sucrée à l'aide de tout autre ingrédient que du sucre. Il me faut m'incliner cependant sur l'efficacité du traitement : l'ingestion de ces suppléments deux fois par jour, loin des repas pour un maximum d'effet et  privée d'attrait dès le départ, en arrive à se faire lourde, pesante, peu digeste, et atteignant un degré étonnant d'écoeurement. Bingo! c'est la dernière phase du traitement, le but à atteindre :  l'étiage des provendes requinquantes est à son top, on peut tirer l'échelle c'est-à-dire jeter au recyclage le dernier petit pot de crèmline une fois vidé. Désormais la force de Popeye a réinvesti votre organisme, et même mieux que chez lui où les épinards ne dopent que les avant-bras.

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2021 2 12 /01 /janvier /2021 12:21

CONSTERNANTE SURPRISE

 

          L'autre jour, dans une émission à propos de l'inceste - souvent confondu avec la pédophilie et moins bien étudié jusqu'à présent,  mais patience! on s'en occupe -  une allusion à un livre qui dénonçait a retenu mon attention horrifiée. Olivier Duhamel avait été décrit dans ce livre comme ayant pratiqué l'inceste avec un jeune parent de huit ans à quatorze ans. Cela fut mentionné sans bruit, juste le nom de l'auteur du livre, fille du fondateur avec Pierre Fyot de  Médecins sans Frontières puis de Médecins du Monde, ancien ministre sous Sarko mais ne partageant guère ses idées, je crois,  Bernard Kouchner. Pour qu'il n'y ait pas erreur sur la personne, on avait diffusé pendant toute la durée du propos une photo du délinquant, ou de l'accusé, avec son bon sourire dont les habitués des plateaux d'LCI sont familiers (tout autant d'ailleurs que des coups de gueule  furibonds ou des objections chinoises énergiquement défendues). J'ai accusé le coup : Olivier Duhamel! of all people!, dirait-on en anglais. Au cours de nombreuses années de commentaires politiques intéressants, il faisait pour moi figure de l'homme de bien, du sage discutant sobrement des problèmes de notre société... Comment ne pas être atterré par la nouvelle? MAIS pourquoi, à part ces quelques minutes à faire trembler la terre, n'a-t-on plus jamais nulle part entendu parler de rien ? Même bienveillance générale que pour Mazneff le pédophile au raffinement distingué par Pivot?

 

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2021 1 11 /01 /janvier /2021 19:31

LECTURE VERSUS BLOG

 

          Il suffit de m'être avisée que je viens de faire quelque chose convenablement comme n'importe qui le ferait, par exemple que je me sois félicitée d'avoir écrit mon blog au jour dit et sans le passage à gué qui en supprimerait volontiers un sur deux, pour que ce bien si facilement obtenu soit voué à l'abandon presque sur le champ. J'avais eu tort de souligner que j'avais envoyé des nouvelles de mon humeur (à défaut de ma compétence en quoi que ce soit) par les vents et par les ondes avec , sinon une belle régularité, du moins une abondance consolatrice. Presque d'"instinct je me sens alors remplie de satisfaction, ce qui m'autorise au répit donc presque automatiquement à la flemme. Ne croyez pas que je paresse à écrire ces billets ; cela ne signifie-t-il pas en effet que me voilà de nouveau en contact avec vous, mes belins-belines, donc avec ma petite joie de la journée? Mais si le démon de la lecture s'est emparé de moi de manière irrésistible, je cède, oui, je cède lamentablement, dans l'incapacité totale de me dépêtrer de l'histoire en cours (car je suis comme les petits, moi : il faut qu'on me raconte des histoires, cinéma ou romans...). Je peux lire ou voir des films en chaîne jusqu'à 2 ou 3heures du matin, peut-être pas fraîche comme une griotte à l'issue de la dernière séance, mais au moins, comme on dit en Saône-et-Loire, fraîche comme une bouse. Si le blog vous a été envoyé avant la séance de lecture, y a pas de bobo. Je ne réponds plus de rien; S'il était programmé après l'exécution d'un ou deux titres... alors, là! Je ne réponds lus de rien.

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2021 1 11 /01 /janvier /2021 18:10

LE CHOIX DE LA FORMULE UN PEU RARE

 

          Depuis le temps que les maîtres jacasseurs des divers plateaux de LCI, tous tant qu'ils sont mâles ou femelles, du matin ou du soir, se creusent l'esprit (ils n'en ont pas tous, hélas) pour trouver quelque chose à dire sur les sujets d'actualité, lesquels  se trouvent mâchés et remâchés de diverses salives pendant parfois des jours (pensez un peu à ce que nous avons pu entendre sur les gilets jaunes, puis sur la réforme des retraites, puis sur le coronavirus, puis sur les mesures barrières, puis sur le confinement ou le déconfinement, en ce moment sur le mutant britannique), à tel point qu'à force de reprendre les mêmes données, les mêmes sujets, les mêmes termes il n'y a plus le moindre jus pour personne, les commentateurs comme les téléspectateurs. Ils sont tous aux aguets pour la moindre formule qui permettrait à chacun de traiter de la même éternelle chose en se démarquant si peu que ce soit des phrases des copains. J'aurais une nouveauté à leur disposition : aurait sans doute du succès celui qui expliquerait, comme le font les  réceptionnistes des taxis, l'absence de voitures disponibles par la décision du couvre-feu à 18 heures. Elles n'explicitent pas (pas le temps), si bien que vous vous retrouvez sans taxi pour un long moment et nanti de cette raison curieuse. Sous le coup de votre indignation à la troisième tentative, l'une d'elles vous éclairera peut-être : oui, le couvre-feu avancé a supprimé des tas de possibilités de rencontres et rendez-vous d'affaires, si bien que le seul moyen de pouvoir travailler est de les renvoyer à la matinée, d'où une affluence de clients pour les taxis qui repousse aux ornières les citoyens ordinaires, exactement comme les malades non contaminés par le Covid-19 se voient refuser l'hospitalisation réservée aux contaminés en priorité. Nul doute que pareil rapport de cause à effet durerait d'un plateau à l'autre pendant plusieurs jours.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens