Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 août 2022 5 12 /08 /août /2022 10:10

PROCREATION

 

                    J'ai l'impression que le nombre de femmes enceintes n'a en rien  diminué devant les assauts des catastrophes récentes (Covid, tension internationale,  guerres ici ou là  - la plus proche, la plus menaçante pour nous, celle d'Ukraine). Ce n'est en rien ni mon problème ni même le plus petit début d'intérêt de ma part, je vous l'assure. Mais je n'arrive pas à comprendre que cette prolifération  se maintienne (et elle est volontaire, les moyens modernes de protection sont à la portée de tous). Il suffit de réfléchir un peu à ce que sera la vie sur notre planète dans une vingtaine d'années pour que les cheveux se dressent sur la tête. Toutes les observations ou les études de quelque bord qu'elles soient décrivent le globe comme surchauffé, nucléarisé, privé d'eau, privé d'air, privé de nourriture - et "Soleil vert" qui est un film déjà vieux pourtant, alertait le monde avec ses suggestions de cannibalisme déguisé sans qu'on puisse les trouver exagérées, l'évolution des choses ne pouvant arriver qu'à ces résultats terrifiants. Et vingt ans, qu'est-ce que c'est? Nous y sommes presque. Banquise fondue, contrées  basses englouties, terres devenues inutilisables pour les cultures, océans dépeuplés, incendies ravageant chaque forêt... Aucun détail auquel se raccrocher. Alors comment accepter de mettre au monde des enfants condamnés dès la naissance? Il faut croire que la sotte inconscience s'allie à la vanité stupide de la procréation : j'ai entendu une future mère s'enorgueillir d'en être, pauvre bécasse, à son quatrième...

Partager cet article
Repost0
11 août 2022 4 11 /08 /août /2022 13:36

A CLOCHE-PIED

 

                    Bougre de bigre! Un  trou pareil dans la production de mes blogs ? qu'ai-je bien pu faire, à part diverses visites à des médecins voire au Samu ? Cette fois-ci le capitaine des pompiers ne m'a pas invitée au bal du 14 juillet, déjà tout juste passé lors de ma dernière visite à leur ambulance (je ne sais pas ce que cela donnerait pour un malade qui aurait le ventre ouvert et la tuyauterie à l'air, mais il y aurait lieu de changer les amortisseurs du véhicule qui en fonçant vers l'hôpital prend ses virages style Le Mans : ça secoue les tripes et on n'a le  droit de rien dire puisque la vitesse vous sauve la vie). Il y a heureusement dans cette ambulance un petit pompier que je m'adjoindrais volontiers si j'avais vingt ans, ses attentions sont presque tendres, il ne vous quitte ni des yeux ni des mains, on se sent comme bercé dans ses bras, c'est tout de même une sensation rare à ne pas négliger au passage. Alors qu'ai-je bien pu faire? A part passer d'une zone médicale à une autre, je ne vois pas... Le temps passe si vite, et comme il m'arrive souvent de prendre le lundi pour le week-end  ça défile sans que j'aie le loisir de faire grand-chose...

Partager cet article
Repost0
9 août 2022 2 09 /08 /août /2022 11:38

HISTORIETTE

 

                              Une dame âgée (très)  sort de chez Sonotone en serrant sur son coeur un petit sac dans lequel deux petites boîtes grosses chacune comme un oeuf, marquées "Oreille gauche" et "Oreille droite", vont lui assurer d'entendre à nouveau les oiseaux chanter. Taxi depuis Sonotone : arrivée à la maison,  le sac ne contient plus qu'une petite boîte. Enquête affolée auprès de la régie des taxis : il faut retrouver le chauffeur, d'ailleurs elle l'a déjà utilisé, avec les données de l'heure et des lieux on doit pouvoir le contacter aisément. Mais non, Madame,  désolé....Soirée morose : elle vient juste de payer la paire de prothèses toutes neuves, et certes elle a eu la bonne idée le matin même de prendre une assurance, donc tout n'est pas perdu, mais tout de même... Le lendemain le chauffeur téléphone chez Sonotone pour dire qu'il a trouvé la boîte perdue dans son taxi, quand peut-il la rapporter au domicile de la vieille dame? Mais n'importe quand, dit la vieille dame sautant de joie  (ici il s'agit d'une figure de style et non d'une description directe). Mais l'attente dure, trois, quatre, cinq jours... Comment pouvoir contacter le chauffeur dont on ignore le nom? Toute une enquête souterraine y arrive. Or en même temps que je tâche de savoir si Sonotone le connaît spécialement, - écoutez bien - dans la demi-heure un chauffeur m'apporte la boîte en coup de vent, explique son retard par cinq jours en Allemagne (?), se réjouit que je retrouve mon audition en  s'excusant du retard... Or or or... Je le connais celui-là, ce n'est pas celui dans la voiture duquel s'était égarée ma prothèse baladeuse, ce n'est pas celui qui a ramené la vieille dame chez elle... Mystère et boule de gomme,  j'aurais besoin des Dupont-Dupond pour savoir ce qui s'est passé.

Partager cet article
Repost0
9 août 2022 2 09 /08 /août /2022 10:32

VERDICT

 

                    Les techniciens se sont mis à deux  pour réussir à me persuader que mon PC n'avait pas besoin  d'être changé, mais non mais non il marchait très bien, et si à chaque instant il y avait quelque chose à reprocher à son fonctionnement c'est à l'utilisateur qu'en reviendrait la responsabilité pleine et entière.  Le verdict est tombé enfin, carrément : finies les explications allégeant la part des choses côté bloggueuse, les suppositions faussement avancées de réactions douteuses de l'engin, fini de faire semblant de croire en des défauts ou caprices mécaniques alors qu' il n'y a de ce côté ni à chercher ni à trouver des fautifs.  Au contraire, insistance (à deux) sur la maladresse des doigts arthrosés qui frappent deux lettres à la fois, à la mauvaise vue qui confond deux fonctions voisines, à l'étourderie qui croit avoir fait quelque chose en ayant fait tout le contraire. Autrement dit, relaxe totale pour le PC, condamnation  sans atténuation pour la plaignante. Il n'y a rien d'aussi tonique que de voir ses insuffisances définitivement dénoncées en public par un jugement sans appel.

 

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2022 5 22 /07 /juillet /2022 09:58

          RAVAGE

 

                    Quand un chat, faute de votre présence au travail et pour vous garder  la place au chaud, s'installe pépèrement sur votre clavier  pour vous attendre (c'est bien fait! d'habitude vous le protégez soigneusement, il ne fallait pas oublier de déclencher l'alarme contre les grandes invasions), et que cette attente dure parce que vous êtes occupée ailleurs, le résultat est qu'une infinité de feuillets se déroulent sous son poids, ornés de petits chiffres par milliers identiques mais pour autant pas plus agréables à contempler quand vous découvrez cette logorrhée muette. En outre, impossible de vous en débarrasser. Il faudrait là le conseil d'un expert ou au moins d'un technicien pour savoir comment annihiler ce déroulement sournois et obstiné qui s'offre à vous dans les deux sens, de haut en bas ou de bas en haut, avec un manque total d'expression sauf que vous croyez toujours y discerner une manière de ricanement. J'avais un blog en train, je ne peux même pas lui faire refaire surface. Un  de perdu, dix de retrouvés, énoncez-vous sans doute en soupirant. Oui, on va s'en tenir là.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2022 1 18 /07 /juillet /2022 17:21

PETITE REPRISE

 

                    Quelques jours d'arrêt, quelques jours de silence...On peut à mon sujet supposer pis que pendre. Mais non! C'est cet ordi qui s'est gravement emmêlé les pinceaux, alors que tous les espoirs de salut sont au loin en vacances. C'est reparti, clopin-clopant, mais je crois qu'il me faudra renoncer à ce bourricot devenu parfaitement sourd à mes ordres et même à mes objurgations. Vous imaginez qu'il se met de temps à autre à écrire à la manière arabe, de droite à gauche, et sans prévenir? Je crois qu'il va falloir intervenir fermement, une fois le spécialiste de mes errances sur le clavier revenu de vacances. En attendant je vais profiter de cette aire de réparation, comme disent les sportifs, pour envoyer les textes bloqués depuis deux ou trois jours. J'en ai aussi écrit sur la canicule, mais cela me paraît si banal et si échauffant que je ne les ferai pas partir. Comme j'aimerais vous écrire quelque chose sur la pluie...

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2022 7 10 /07 /juillet /2022 19:10

LA CRISE ET L' ANGOISSE

 

                    Mes enfants bien-aimés sont venus et déjà repartis. Comme presque à chaque fois, ils sont tombés au milieu d'une phase de crise qui les a immédiatement transformés en infirmiers, se chargeant de tout à ma place, pleins d'attention pour moi, ne me laissant pas faire le moindre geste qui pourrait aggraver ma situation. La crise est venue de l'ajout, à mon régime de cachets et gélules déjà dément, de cortisone qui a chamboulé un équilibre précaire obtenu péniblement par des calculs de plusieurs années ; et cette maudite cortisone est cependant l'ultime recours pour me débarrasser d'une sinusite qui dure  sournoisement depuis au moins un mois : il me faut donc passer par ce peak  où tout s'exaspère, s"accentue, se complique, et qui donne de moi une image de dégradation difficile à contrer. Je suis au coeur de toute cette tendresse, de ces petits soins... Le pire est qu'une fois au loin ils vont conserver cette image pitoyable et effondrée, alors que, pratiquement comme d'habitude, une fois le peak dépassé, je me retrouve très facilement dans mes rythmes accoutumés, capable de prendre sereinement mes distances avec ces accidents de santé. Je crois que je les supporterais beaucoup plus crânement s'ils ne devaient entraîner ces angoisses que je suis incapable de leur épargner let qui les rongent.

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2022 4 07 /07 /juillet /2022 11:13

INITIATIVES

 

                    C'est vrai, il n'y a que la cortizone pour me débarrasser de cette infection sournoise qui dure depuis des semaines, des mois peut-être, et qui m'abat et me rend dolente. Je suis enfin sous cortizone depuis ce matin, et déjà je me sens dégagée, le mal de gorge a cessé, la bronchite a disparu. Les yeux  sont encore "un peu bitoux" (ou bitous? répertorié nulle part), comme disait mon père quand on avait du mal à se tirer du lit; mais sans rapport avec la glu dont ils ont été barbouillés et presque scellés pendant quarante-huit heures. Du coup une partie de l'énergie qui m'avait été indûment pompée est en train, de refaire surface. J'ai même pris l'initiative de me découvrir un nouveau salon de coiffure et de m'y installer un rendez-vous (pas exactement ce que je voulais, mais faut ce qui faut quand vous prenez la queue). Ma coiffeuse a eu beau clamer qu'elle ne nous a pas abandonnées, nous ses fidèles depuis tant d'années,  elle nous a tout de même laissé tomber. Car comment appeler cette fausse manoeuvre de la succession , qui aurait dû continuer encore trois ou quatre semaines sur son erre en repoussant les travaux de rajeunissement aux congés d'été, mais qui, téléphone coupé personne joignable,  s'est lancée dans les démolitions et la fermeture temporaire du commerce sans prévenir personne? Cette  indifférence aux futures clientes risque bien de coûter cher à la nouvelle spécialiste capillaire, vu les habitudes que les négligées auront prises auprès d'autres coiffeurs aux petits soins pour une clientèle inattendue.. ...

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2022 2 05 /07 /juillet /2022 17:01

TROU DE MEMOIRE

 

                    J'ai offert à  un ami pour Noël un beau livre sur l'oeuvre d'un peintre allemand que j'aime énormément, dont j'aime les couleurs brutales et les compositions ou les fragmentations quelque peu "hirsutes". Depuis ce geste j'ai oublié le nom du peintre (cela fait six mois et plus). Il se fait chez moi un blocage sur certains mots ou certaines notions  ; par exemple, lorsque l'on me traitait pour de l'oedème sur la rétine, je ne pouvais ni formuler le mot ni même le décrire de manière qu'on pût comprendre ce que je voulais dire : le jour de la guérison (seulement temporaire, d'ailleurs...) le mot a jailli hors de ma mémoire comme s'il se libérait de ses chaînes. La même chose m'arrive avec le nom de ce peintre dont je connais l'oeuvre parfaitement. Je tente d'y arriver oralement : Füssli, Susskind,  Macke, Klint... Rien ne me met sur la voie, ne serait-ce que par contraste virulent. Je comptais demander à cet ami de me prêter le livre pour deux ou trois jours, car je l'ai remis sous cellophane, vierge de mes intrusions, et j'y pense souvent avec envie. Mais comment le demander sans paraître gâteuse? Et croyez-moi, il y a suffisamment d'occasions de paraître gâteuse dans le quotidien le plus bienveillant sans en rajouter une couche (Pierre Dac disait "une louche", ce qui était infiniment plus poétique...).

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2022 2 05 /07 /juillet /2022 14:00

JUGEMENT DE JURE

 

                    Il se trouve que je dois évaluer les nouvelles du concours Lucette Desvignes de la Ville de Chalon-sur-Sâone : les 213 textes reçus en compétition sont répartis entre les membres du Jury (avant bien sûr confrontation et discussion des présélectionnées, elles-mêmes précédant le grand débat final pour  le ou les deux textes ayant décroché le pompon) . Tout se passe dans la justice et la sérénité, sauf que - autre bienfait de ma sinusite maxillaire dont on n'a pas encore réussi à faire démarrer le traitement -  mes yeux collés à chaque instant ne font que brouiller ma vision et me gênent terriblement.. Je vais faire un maximum, mais cela me met à la bourre d'un jour sur le calendrier promis et cela me gêne encore plus que le retard en soi. Le triste dans l'histoire est que cette vision brouillée ne rate pas pour autant  une seule faute d'orthographe ou de français - ce qui me fait pester dans mon coin car on dirait qu'il n'y a que moi que cela dérange (on dirait seulement : il doit bien y avoir encore beaucoup de gens qui sans même être des puristes sont choqués quand on maltraite la bonne vieille langue)..

Partager cet article
Repost0