Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 10:51

         Reconnaissez-le, mes belins-belines : je vous ai déjà maintes fois encouragés à faire travailler votre imaginative, comme on dit dans Regnard ou dans Marivaux. Aujourd’hui je vais récidiver : figures-vous une longue, longue traversée du désert, avec un horizon à peine visible au-delà des mille et une dunes identiques de sable blond et, quelque part sur cet horizon, un point vaguement vert évoquant une oasis, de la fraîcheur, de l’eau … vision de rêve de la survie improbable. En vérité, j’exagère : ce n’est pas vraiment une traversée de désert qu’il vous faut imaginer, mais bien plutôt peut-être une perspective de sillons creusés à l’araire, avec bien du mal dans les bras au bout des mancherons, sans espoir de semailles ni d’éclaircies ni d’incitations à continuer, sous un ciel sans lumière dont on peut se demander pourquoi il s’assombrit la nuit si c’est pour reprendre sa grisaille déprimante dès le jour qui suit : rien de visible au-delà de sillons  sans objet…D’une métaphore à l’autre demeure la même tonalité : survie aléatoire, luminosité hostile - là meurtrière, ici étouffante – d’un contexte qui ne vous veut pas de bien, caractère aléatoire des efforts que l’instinct garde attachés à la fonction respiratoire, acheminement inéluctable vers l’anéantissement. A présent imaginez une intervention magique du destin : un orage soudain sur vos dunes vous permettant de recueillir de quoi vous désaltérer et vous rafraîchir, voire de retrouver la bonne direction que vous aviez perdue ; ou, côté sillons, au moment du triste retour vers la grange pour ranger l’araire inutile, la découverte inattendue d’un ultime sac de semences qui va permettre d’emblaver le terrain en attente…Dans les deux cas, c’est comme si on tirait un feu d’artifice offert aux étoiles. : gardez bien en mémoire ces éléments de conte de fées, j’aurai bien quelque jour l’occasion de les décrypter pour vous.

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Vos analyses de Dowton m'amusaient, moi ! Le happy end m'a fait grand plaisir. Pour une fois tout le monde il est bon, tout le monde il est gentil et l'amour est roi !
Répondre