Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 11:39

Il y a peut-être parmi vous, mes belins-belines, des gens auxquels la souffrance animale fait lever les épaules, à peine est-elle nommée. Cela les regarde, et ils ont parfaitement le droit d’exister dans un pays libre, d’autant plus que notre Ministre de l’Intérieur a absolument tenu (vu sans doute ses origines espagnoles) à inscrire la corrida et ses splendeurs dans nos traditions officielles, ce que personne n’avait encore osé avant lui : l’exemple venant d’en haut, pourquoi les chasseurs, voire les chasseurs à courre, ne redresseraient-ils pas la tête avec arrogance, quitte à tirer sur le chat ou le chien de leur voisine en cas de retour bredouille ? Je les préviens donc honnêtement s’il s’en trouve parmi vous : je vais récidiver. Je crois en effet qu’un courant d’indignation se dessine et s’exprime, au besoin par de très efficaces pétitions, concernant le martyre des bêtes de ferme ou de compagnie dont le nombre a augmenté de manière ahurissante (tant parce que la consommation – et le gâchis – de la viande animale  a atteint des sommets que parce que les élevages illégaux de chatons et chiots prospèrent à concurrencer la malheureuse fertilité des chattes abandonnées). Et même cette stupide mode des NAC, les nouveaux animaux de compagnie, qui hisse au rang de chouchou des varans, des boas, des serpents, des félins, des oiseaux rares, des alligators, et qui aboutit toujours à des résultats domestiques désastreux, n’existe que par le dépeuplement de la faune sauvage, singes arrachés à leur destin naturel, perroquets inadaptables, tigres ou léopards fatalement appelés à devenir martyrs malgré les apparences. Mais qui fera comprendre à ces cerveaux à œillères le caractère néfaste de leur engouement  aussi ridicule que criminel ?

Partager cet article
Repost0

commentaires