Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 08:27

          Depuis quelques années, on nous persuade – avec une frénésie grandissante – de cultiver nos arbres à confitures dans des pots sur le balcon : le nanisme des fruitiers les plus divers (« Délice d’abricots sur la terrasse ! Récoltez vos propres citrons ! Cueillez vos fraises sur votre balcon ! ») permet cette facilité et n’empêche pas la productivité. Voire, dit Panurge… Mais admettons. Je reste cependant pantoise devant un « melon-poire » : c’est tellement inattendu, tellement tarabiscoté dans sa genèse, qu’on n’a même pas osé donner un nom à l’arbre minuscule qui produit ce monstre, d’autant qu’il ressemble à un groseillier à maquereaux. Tout cela relève d’une dévorante envie de faire, d’être, de manger, de conquérir  plusieurs choses à la fois, comme ces fleurs dont je parlais hier et qu’on ne vante que parce qu’elles sont censées ressembler à d’autres. On pourrait penser à de l’indécision devant un choix, mais non ! c’est au contraire cette volonté de dominer (la volonté de puissance nietzschéenne ?) qui commande ces expérimentations. Que dire par exemple du cosmos à parfum de chocolat ? Au moins les robes faux-ensembles, les gilets deux en un, témoignaient-ils davantage d’un désir de « faire pratique » qu’on pouvait accepter, et non d’une proclamation téméraire à détruire les frontières entre domaines traditionnellement séparés. Sur cette lancée, que ne nous prépare-t-on pas dans les laboratoires ?.............

Partager cet article
Repost0

commentaires