Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 09:29
Allons-y... Découvrir en moi pareil entêtement,  sans que le moindre résultat se soit manifesté pour m'encourager à continuer, cela m'ouvre des horizons infinis sur les ressources de l'âme humaine (à supposer que j'aie une âme pour y situer l'entêtement et qu'elle soit capable de s'ouvrir sur des horizons infinis). C'est si beau, si tonique, si réconfortant de pouvoir disserter en sage sur le beau et le b ien, le mal et le malheur, l'homme et le monde et les chats et les chiens ! C'est ainsi que je comprends la philosophie, avec son petit bruit supérieur dont aucun élément n'est capable de durer mais qui enchante tant que dure le bruissement de la phrase en train de s'élaborer. C'est, au fond, ce que les rhéteurs et bavards de tout temps ont illustré sans en laisser de trace - sauf peut-être leur nom auquel est faite référence avec gravité mais inconsistance, car   que sait-on  de leurs pensées? Je m'éblouis à l'avance de ce que la journée me réserve (il n'est même pas encore 10h du matin) en brillances et feux d'artifice, vu comme j'ai démarré dès les petites heures. A quels sommets ne vais-je pas entraîner ceux qui me suivent? Ils auront certainement le vertige, au point de rester muets,  cherchant leur souffle, trop occupés à reprendre haleine pour penser quoi que ce soit me concernant. Autrement dit, aucun signe d'amitié tâchant d'attirer mon attention... Eh bien, tant pis! A une autre fois, et bien le bonjour à vot'chat si y a personne chez vous.
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
J'ai effectué un carottage des sédiments de votre blogue pour accéder aux couches primitives...
En effet, vous aviez raison à l'époque de ce papier, l'ouverture de ce mode de correspondance s'accompagne de la constatation que "il n'y a personne ! ".
Il faut donc mobiliser son énergie pour que le désert se peuple lentement de quelques correspondants, lecteurs réagissants, habitués des chroniques.
Une démarche qui accélère le peuplement des dunes d'indifférence est d'aller visiter et commenter les blogues des autres.
En tentant de repérer les auteurs avec lesquels quelques affinités sont discernables.
Le choix du titre de l'article me semble à l'expérience, plus encore que celui d'un livre, influencer les curieux et attirer les passants.
Bien cordialement.
Jean-Pierre Desthuilliers
Répondre