Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 09:24

.           Il est bien évident que depuis quelques décennies, le besoin de communiquer s’est emparé du monde. Il nous faut des nouvelles, des renseignements, des précisions : derrière les informations officielles des diverses chaînes, il y a, tapies dans l’ombre et se dépouillant de leur mystère peu à peu comme des effeuilleuses qualifiées, des émissions de para-nouvelles qui complètent ce qu’on sait déjà et, souvent aussi, contre-informent ou gauchissent la masse des connaissances toutes fraîches. Les titres sont coquins, mais significatifs : «  On ne vous a pas tout dit » sert de base à ces variations, moyennant quoi vous êtes autorisé à connaître la vérité sur les engagements, les sincérités, les professions de foi. Certes, cela peut être utile, mais non indispensable lorsque vous êtes doté d’un salutaire scepticisme doutant de tout. D’autre part cependant la multiplication des informations en tout genre et l’activité de sources variées et militantes vous amènent à découvrir ce que vous auriez peut-être préféré ignorer, par exemple que 2.000 grévistes de la faim sont en ce moment décidés à faire connaître au monde entier (si on n’entrave pas la diffusion de ce message de désespoir) dans quelles conditions  tentent de survivre les emprisonnés politiques des geôles israëliennes qui ont été incarcérés et détenus sans être jamais passés en procès ni savoir le grief précis dont on les accuse, à part le fait d’être Palestiniens. Cette voie parallèle de diffusion des événements tient en échec les règlements et Diktate des gouvernements qui s’arrogent le droit exclusif de dire la vérité des faits, comme la justice est censée dire la loi. Et si j’en crois la multiplication des internautes qui vont directement à la pêche aux nouvelles sur la toile pour avoir quelque chance d’être moins abusés et énergiquement munis d’œillères, les officiels de tout poil et de tout domaine devraient trembler que leur autorité ne se voie fissurer avant plus graves atteintes. Un médiapart, une officine planétaire de révélation par les fuites : on peut bien se rendre compte que le monde avait besoin d’un peu d’air renouvelé par leurs soins à un moment où l’asphyxie commençait à paralyser les jugements. A demain mardi pour la suite...                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Ce dimanche 27 mai 2012, je lis, dans l'hebdomadaire du Parti Ouvrier Indépendant, "Informations Ouvrières", une correspondance venue d'un Palestinien, à propos de la grève de la faim des<br /> prisonniers politiques palestiniens : "En grève de la faim depuis plus d'un mois pour exiger l'amélioration de leurs conditions de détention, ce sont environ deux mille prisonniers politiques<br /> palestiniens qui ont accepté de suspendre leur mouvement le 15 mai, même si quatre d'entre eux ont décidé de le poursuivre. (...) L'essor de la grève a terrorisé les cercles dirigeants de<br /> l'Autorité Palestinienne, qui avait refusé d'engager les prisonniers membres du Fatah [principale composante de l'Organisation de Libération de la Palestine ; le parti fondé par Yasser Arafat] dans<br /> le mouvement. Mahmoud Abbas a demandé le soutien de l’Égypte pour négocier.<br /> <br /> L'accord passé entre les représentants des prisonniers et les forces d'occupation prend, pour le peuple palestinien, une dimension plus que symbolique. L(emprisonnement des Palestiniens, les<br /> rafles, les détentions administratives sans fin sont partie intégrante de la politique israélienne en Cisjordanie depuis 1967.<br /> <br /> Cette fois-ci Israël a accepté de lever immédiatement les mesures d'isolement pour dix-neuf prisonniers (certains étaient en isolement depuis dix ans sans jugement). Les familles de Gaza pourront<br /> enfin visiter leurs parents prisonniers. Les détenus administratifs seront soit libérés, soit inculpés à charge. Les prisonniers considèrent que leur mouvement a été reconnu par les autorités, ce<br /> qui est important. C'est la première fois qu'une grève de la faim prend une telle ampleur, allant jusqu'à ébranler l'Autorité Palestinienne qui n'a jamais rien obtenu de la part des Israéliens.<br /> (...) sans la moindre perspective de fin de l'occupation militaire et de l'oppression contre toute la population palestinienne, que le gouvernement Netanyahou entend poursuivre, ce mouvement ne<br /> fait qu'en annoncer d'autres."
Répondre
S
Je crains que mon commentaire précédent semble (et il l'est) bien dénué de toute empathie envers des hommes et des femmes emprisonnés dans les pires conditions et réduits aux dernières extrémités<br /> pour manifester qu'ils existent, c'est-à-dire réduits à se laisser mourir pour que l'"on" s'aperçoive qu'ils sont. Les "nouvelles", les "informations", qui nous rapprochent de bien des endroits du<br /> monde, en un clin d’œil, ne laissent pas d'être entachées d'un défaut majeur, l’abstraction qui déshumanise et fait d'eux/elles un "événement médiatique", qui masque l'événement politique et<br /> humain. Quadrature du cercle de cette information : elle nous alerte, mais je peine à me représenter la réelle souffrance, la réelle endurance, le réel de ces Palestiniens/Palestiniennes. Plus "on"<br /> s'approche, et plus "on" est aveugle. D'une certaine manière. Aveugle à cet événement majeur de résistance, au bord du désespoir, qui vient se banaliser dans le flot continu des "informations", qui<br /> ne nous donne pas à entendre la pulsation du monde, mais la hiérarchie des informations établie par les agences de presse. C'est cette terrible banalité de l'information que ces grévistes de la<br /> faim ont, aussi, à affronter.
Répondre
S
Oui, la vérité est que les prisonniers arabes palestiniens (qu'ils soient citoyens d'Israël ou bien de ces multiples palestiniens apatrides que la création de l’État d'Israël, par le feu et le<br /> sang, a chassés de leurs terres et de leurs villages en 1947, ou annexés lors de la guerre des six jours) sont en train de mourir : cela me rappelle l'ultime protestation des grévistes de la faim<br /> irlandais, Bobby Sands et les autres, contre le premier ministre britannique, Madame Thatcher, en vue d'obtenir le statut de prisonniers politiques. C'est, malheureusement cet épisode-là, leur<br /> mort, qui ancra dans la plupart des consciences le fait colonial en Irlande du Nord (que le Royaume-Uni appelle Ulster) et la résistance à l'occupation anglaise séculaire.<br /> <br /> Un parallèle, qui fait froid dans le dos : le tribunal de la "Sainte Inquisition", l'organe de l'Eglise catholique chargé de traquer et exterminer les hérétiques, lors de sa procédure, ne révélait<br /> jamais au suspect, incarcéré, les charges qui pesaient contre lui, qui l'accusait, sur quels fondements on le détenait ; non, l'accusé-coupable était censé découvrir en lui-même la déviation qui le<br /> mettait hors de la norme, la parole légèrement prononcée qui devait être tenue pour un blasphème, les actes dignes de suspicion. On instillait en lui le sentiment de la faute ; et, avant tout<br /> prononcé de jugement, il devait se condamner lui-même. De même, en Israël, les tribunaux, des juges, des policiers, des militaires font détenir sans jugement, sans inculpation, sans qu'il y ait<br /> dans la balance une accusation qui puisse déterminer une peine à purger ainsi qu'une limite à le détention, des hommes, des femmes, des enfants mineurs (que l'on prive de toute scolarité), au seul<br /> motif qu'ils sont Palestiniens et Arabes, donc suspects à la théocratie qu'est l’État d'Israël. Israël pourra difficilement instiller en eux le sentiment d'une faute, mais à coup sûr il leur<br /> donnera le sentiment d'une injustice majeure.<br /> <br /> Là, il n'y aura d'autre solution que par le droit au retour de tous les réfugiés palestiniens et de leurs descendants ; par l'établissement de l'égalité des droits des citoyens juifs et arabes,<br /> quelle que soit leur religion ; et certainement pas par l'apartheid, le déni de justice, l'expulsion de jour en jour grandissante.<br /> <br /> Des prisonniers meurent : tous les tenants de la "solution" des deux États, Israël et un "État Palestinien" formé de confettis de territoires, sans souveraineté, spolié de ses territoires<br /> historiques, et ayant renoncé au droit au retour de tous les Palestiniens (revendication qui fonde l'unité du peuple palestinien), tous les gens honorables (dit-on) se voilent la face. A commencer<br /> par Monsieur Obama dont on se demande bien ce qu'il a fait pour se voir attribuer un prix Nobel de la paix : guerre en Afghanistan poursuivie, soutien aux dictatures arabes (Bahrein, Arabie<br /> Saoudite, Égypte de Moubarak), poursuite de la soumission au complexe militaro-policier et à l'industrie d'armement, ... Mais Nobel avait inventé la dynamite...
Répondre