Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 avril 2021 6 10 /04 /avril /2021 12:47

RACISME A LA COUR?

 

          Lui, la pièce rapportée de la dernière dynastie grecque devenu british de bec et d'ongle pour l'amour d'une belle princesse qui l'avait choisi et désigné, il ne pouvait certainement pas être taxé de naziphilie , la naziphobie de la reine dont il avait été le conseiller étant patente, héritée de son père aux côtés de qui elle avait passé une enfance résolument axée sur la victoire des Alliés. Cependant, l'accusation de racisme dont le couple rebelle de la famille royale avait récemment prétendu faire la révélation soulève ce problème. Oui, le Duc d'Edimbourg avait vu le nom de Battenberg transformé en Mountbatten pour affronter le mariage. Oui, le frère aîné du père de la reine, le Duc de Windsor avait pour épouse divorcée la maîtresse, je crois, de von Ribbentrop qui lui envoyait des roses tous les jours. Oui, le duc lui-même avait opté pour l'Allemagne et comptait de grands chefs nazis parmi ses familiers. Oui, les deux soeurs du défunt duc d'Edimbourg n'avaient pas été invitées à son mariage parce qu'elles avaient épousé d'éminents nazis. Heureusement la reine émerge de ces malsaines dispositions avec sérénité, forte d'une conduite exemplaire pendant tout le conflit et régulièrement par la suite. Quant à la question posée au sujet de  l'éventuel bronzage de la peau du fils d'Harry, elle ne relève absolument pas du racisme : c'est bien la question que n'importe qui pouvait se poser, sans faire partie de la cour d'Angleterre.

Partager cet article
Repost0
9 avril 2021 5 09 /04 /avril /2021 10:14

CAPACITES ENTRAVEES

 

          On a beau eu faire appel (admirez le beau passé surcomposé) aux sommités médicales les plus inédites (car tant d'autres étaient venues déjà nous faire part à titre privé de leur scepticisme) pour vanter officiellement les mérites de l'astrazénéca dont d'autre part on a par deux fois tout aussi officiellement suspendu la carrière comme vaccin triomphant  - oui, on a beau eu, le bétail renâcle à se laisser vacciner contre la fièvre aphteuse. Car c'est du bétail, bien sûr : on décrète la vaccination sans lui demander son avis, sans tenir compte du sexe ni de la primogéniture, ce qui compte c'est d'arrêter à tout prix la progression de l'épidémie. En théorie ça marche comme sur des roulettes pour nous : encore hier un des dirigeants affirmait que nous étions des champions, le pays qui vaccinait le plus, le mieux sinon le plus efficacement - et j'aurais bien voulu savoir où il prenait ses informations, celui-là, parce qu'au niveau de la simple connaissance du peuple les gens convoqués refusaient l'astrazénéca et qu'il en restait des quantités de doses qu'on avait dû remettre au frigo une fois dédaignées. Si seulement le vaccin convenable était livré! Alors là, on verrait ce qu'on verrait : en un rien de temps la vaccination chez nous se ferait championne du monde, fonctionnant nuit et jour, deux ou trois millions de vaccinés chaque mois peut-être même chaque semaine - je vous le dis : il suffirait d'être livrés, mais il y a toujours sur la planète des malfaisants qui vous contrariaient pour vous humilier, il y a un complot de ces malfaisants qui joue contre nous en empêchant les livraisons, du coup on ne peut pas montrer ce qu'on est si capables de faire et c'est rudement dommage.

Partager cet article
Repost0
8 avril 2021 4 08 /04 /avril /2021 12:19

OPTIQUE

 

          La première fois qu'on m'avait fait une piqûre dans le globe oculaire, ç'avait été toute une affaire. C'était il y a dix ou douze ans,  ce devait être les tout débuts de ce traitement à première vue assassin. Cela se passait dans une clinique,  aux côtés du praticien qui m'avait  admise en ses territoires mon ophtalmo habituelle qui avait manigancé tout ça, avec sa charlotte pour montrer qu'elle participait et deux ou trois infirmières pour prêter main forte. De nos jours, l'opération s'administre comme on se mouche. Il y a certes transport du patient en terrain sacré étranger, mais l'ophtalmo habituelle ne vient plus vous assister dans l'épreuve et je crois bien qu'il n'y a plus de témoins. L'aiguille sera tout aussi menaçante, presque de la dimension d'une broche à poulet, et le protocole reste le même : on vous transperce la cornée pour injecter dans votre humeur vitreuse (je conserve les termes du niveau certificat d'études, quand on nous inculquait les basiques sans les détails, mais ils ont bien dû changer le nom comme on fait pour tout élément qui puisse réclamer un nom, enfin vous voyez ce que je veux dire) un élixir mystérieux, une potion magique qui doit, en supprimant toutes les végétations annexes poussées  sur votre rétine sans permission, vous restituer à peu près votre vue de vingt ans. Même une vue de vingt ans de moins cela m'arrangerait...

Partager cet article
Repost0
5 avril 2021 1 05 /04 /avril /2021 11:00

GASTRONOMIE SOUTERRAINE

 

          Il n'y a pas de fumée sans feu. Tout récemment, le bruit avait couru que l'Assemblée pouvait dîner fort convenablement au restaurant du lieu, lequel n'avait jamais connu de fermeture. Tollé de protestations au nom de la solidarité et de la justice : pourtant la chose était presque passée aux oubliettes grâce au savoir-faire qui règne dans ces milieux-là. Mais le feu couvait, et voilà qu'il reprend joyeusement avec les petites brises printanières - en prenant de l'ampleur grâce à quelques recherches inspirées. On découvre donc qu'un grand nombre de restaurants, rattachés ou non à des hôtels, n'ont jamais suivi les consignes les condamnant à la mort lente. Tout a continué à fonctionner en sous main, ajoutant pour les dîneurs fortunés l'élément délicieux et incongru de la transgression avec châtiment toujours possible. Eh bien voilà! le châtiment s'est produit, sous la forme d'une enquête polymorphe révélant des transgressions un peu ^partout, actives, à peine secrètes, et à des tarifs princiers qu'on fait répéter deux fois avant de pouvoir y croire. Mais attention! J'ai dît "châtiment" bien étourdiment. Car si les dîneurs se sentent découverts (et je doute qu'ils se trouvent en faute), le rang social de ces contrevenants '(comment, dites-moi un peu, pourrait-on châtier des ministres?) fera tout de suite achopper le processus judiciaire prévu pour les simples citoyens. D'ici à ce qu'un avocat du même milieu argue que la fraude de fonctionnement d'un établissement gastronomique pendant le confinement n'est pas prévue dans  le Code puisque la notion de confinement y est inconnue......

Partager cet article
Repost0
4 avril 2021 7 04 /04 /avril /2021 11:55

FEMININ SINGULIER

 

          Ce conflit dans lequel le beau sexe s'est jeté à corps perdu, histoire de briser à tout jamais la supériorité du sexe mâle (qu'on n'ose tout de même pas appeler le vilain sexe, car on continue par en-dessous de lui jeter des regards  langoureux et peut-être même d'envie non avouée) me paraît d'un ridicule achevé. Aucun mâle, à ma connaissance, ne s'est jamais senti diminué bafoué écapouti par le E ajouté à tous les noms de métiers pratiqués également par ces dames (et si ces dames sont toutes fières d'avoir acquis à si bon compte l'entrée dans la masculinité, je ne serais pas fière pour ma part d'être étiquetée sapeuse-pompière par exemple). Celles qui par fonction sont des mannequins vont-elles ajouter le E salvateur? Et si on en est arrivé à bousculer et piétiner les règles fondamentales de l'orthographe et de la grammaire, je ne vois pas pourquoi les malheureux habillés de féminité sans l'avoir voulu ne protesteraient pas aussi, de manière à renforcer leur appartenance au sexe fort : une vigie par exemple, une sentinelle, une émule, une ordonnance? Cela ne résonnerait-il pas plus affirmé - donc mieux sexué sur le plan de la grande bagarre - s'ils se supprimaient le E cher à ces dames?

Partager cet article
Repost0
4 avril 2021 7 04 /04 /avril /2021 10:54

CHERE HELVETIE

 

          Depuis toujours je savais que, comme sa consoeur brandissant sa neutralité dans le conflit  de 1939 à 1945 pour pouvoir approvisionner l'Allemagne hitlérienne en nickel, la Suisse continuait en secret à fournir aux Nazis l'argent, nerf de la guerre, et même avait accueilli dans ses coffres l'or des couronnes et bridges des déportés exterminés dans les camps de la mort, puisque une fois refondu il ne trahissait pas sa provenance. Ce qu'on découvre à présent (et je gage que les chercheurs en ce domaine ont dû se heurter à d'innombrables barrages), c'est la chaleureuse hospitalité que l'Helvétie a constamment réservée

aux bourreaux et anciens chefs rescapés de Nuremberg, c'est-à-dire à l'épuration et au châtiment : elle leur permettait de repartir dans une nouvelle vie, avec sérénité puisqu' elle leur conservait leur argent. Cependant, soucieuse de paraître exemplaire aux yeux du monde, et peut-être même pour dissiper les soupçons des Alliés, elle accueille les Juifs rescapés de Buchenwald à grand bruit, leur permettant l'enracinement, mais sans dire qu'elle réserve un traitement bien supérieur aux riches Nazis que sans l'avouer elle héberge en même temps. Ce à quoi on peut arriver, quand même, lorsqu'on a vendu son âme....

Partager cet article
Repost0
2 avril 2021 5 02 /04 /avril /2021 10:39

GÂTERIESa

 

          Qu'y a-t-il dans les Catisfactions et autres délices pour chats? Impossible de le savoir, alors qu'il y a déjà un véritable éventail de croquettes pour chats : au thon, au poulet, au saumon, au boeuf, au poissons et crustacés de l'océan (je n'invente rien : cette indication s'adresse aux personnes n'ayant pas de régimes de chats à respecter dans leurs habitudes). Quand j'ouvre un sachet de ces friandises mystérieuses, le simple bruit de l'ouverture (là aussi : pourquoi cela s'entend-il comme le bruit exceptionnel des agapes?) fait accourir la tribu entière autour de moi, miaulant suppliant ronronnant se frottant contre mes jambes en manière féline de faire le beau. Le partage, toujours équitable chez moi, requiert des ruses particulièrement affinées pour éviter des griffages intempestifs qui compromettraient l'opération comme ils l'ont fait la première fois. C'est tournée vers mon placard de cuisine et leur tournant le dos que je répartis le même nombre de croquettes sur mes fidèles couvercles de moutarde, mais le pire est d'arriver à disposer lesdits couvercles  en cercle, à la place de chaque individu: le plus simple est de condamner la porte de la cuisine après les avoir tous chassés, de mettre les friandises en place (les couvercles suffisamment écartés les uns des autres pour laisser à chacun l'impression qu'il est bien à son aise). Ensuite j'ouvre la porte en laissant passer un chat après l'autre, chacun s'installe devant un  couvercle (vous ne croiriez pas leur sagesse, il n'y a pas de concurren ce malgracieuse ni de conflit,  en  quelques secondes chacun est à son affaire et croque d"un air extasié. Mais gare à la demande de rabiot, dont l'insistance est si pénible que pour un peu elle vous ferait regretter de vous être montrée si aux petits soins!:

Partager cet article
Repost0
2 avril 2021 5 02 /04 /avril /2021 09:56

MEA CULPA presque immédiat : Au lieu de "Quan on a l'amour des b^tes en donc du ciel..." (une pure et simple horreur échappée à ma vigilance hier soir) il faut lire "Quand on a l'amour des bêtes en don  du ciel..." - ça va mieux comme ça.

Partager cet article
Repost0
31 mars 2021 3 31 /03 /mars /2021 16:44

LECTURE TONIQUE

 

          Je suis en train de lire un livre drôle. En vérité ça se trouve comme ça, tout seul : ce n'est pas moi qui l'ai recherché sélectionné choisi. Non que je bannisse le comique de mes lectures, mais un bon comique procurant du plaisir à la lecture est tellement rare qu'il vaut mieux éviter le genre. D'ailleurs,  quand la qualification du comique émane de l'extérieur - une revue, un journal - et non pas d'une source parfaitement sûre - de très rares proches, dont je connais les réactions aux textes et aux films sous l'angle du comique - je suis par nature réticente, et même d'une méfiance difficile à dissiper. J'aime l'humour tongue in the cheek, comme disent les Anglais, le simple allusif, le non dit, comme j'en aime les finesses inhérentes au vocabulaire in situ au cinéma. Les grosses bouffonneries du genre Rabbi Jacob me consternent, m'accablent : il paraît qu'on peut rire à gorge déployée quand de Funès barbote dans une cuve de liquide vert qui colle à lui comme du chewing gum. Je cite cet exemple officiellement destiné à susciter l'hilarité parce que je pense que tout le monde a vu le film, mais j'aimerais bien connaître le pourcentage de spectateurs révulsés par cette pesante horreur qui se prend pour un élément chargé de vis comica. Les gags dans les films ne font pas s'esclaffer uniquement parce qu'on vous les présente, loin de là. Et pourtant c'est plus simple de rire devant du comique visuel que lorsque le rire doit passer par le texte...Je prends conscience que c'est avec une estime renouvelée que je retourne à mon livre drôle.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2021 2 30 /03 /mars /2021 18:22

CALCULS TRACASSANTS

 

          Mes belins-belines, une brève méditation sur ces doctes supputations  m'amène à une curieuse impasse. C'est bien joli de rattraper les blogs manquants

en multipliant çà et là les produits de remplacement (autres gazouillis de même teneur sinon toujours de même densité),  c'est tout à l'honneur d'une conscience professionnelle comme on n'en fait plus, je pense (!), et cependant ce rabibochage ne contrevient-il pas au déroulement naturel de mes  participations à l'informatique? Dans la mesure où il a été question d'envisager le nombre 5.000 comme un terminus radieux, aux yeux d'Hécate qui compte toujours tout sur ses doigts il y a le temps qui reste pour les blogs d'un côté et le temps qui restera au-delà des blogs (et sur lequel, même elle, je crois, n'a pas droit à la connaissance). Si je laisse courir comme ça se trouve le dévidement de mes blogs, avec leurs éventuels manquements non remplacés, le N° 5.000 a des chances de se faire désirer un peu plus longtemps. Sinon, si je compte six blogs par semaine et empiète sur le dimanche pour  compenser les manques, il n'y a plus qu'à faire une soustraction à partir de 5.000 : cela nous donne le nombre de fois où nous pouvons nous rencontrer sur le Web, un peu moindre évidemment. que si les choses ont coulé indolemment et peut-être en traînant des pieds. Tout cela mérite d'être étudié de près. Je vais m'y employer, mais rien n'empêche que vous y réfléchissiez un tantinet de votre côté.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens