Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 septembre 2021 6 11 /09 /septembre /2021 15:18

LIVRAISON A DOMICILE

 

          Je continue à me battre, histoire de jouer les grandes filles affranchies, avec Intermarché pour les commandes livrées à domicile. Il me faut déjà du temps pour me repérer sur Internet, on ne vous demande rien au départ, ça s'enclenche assez bien, une fois que vous avez trouvé l'accès aux rayons et le coin du panier (en haut à droite) que vous voyez se remplir en même temps que la note s'arrondit. Ils ont prévu les démultiplications : quand résignée de ne rien trouver de ce que vous voulez dans le rayon épicerie sucrée, vous tentez de peaufiner sur cafés et thés, l'espoir renaît, d'autres produits défilent, bredouille tout de même pour finir - mais non! Un nouveau clic sur Voir d'autres produits, et un nouveau défilé commence. On m'a fait ça quatre fois de suite avant que je puisse trouver mon thé habituel. La même chose se produit pour les légumes ou les fruits, le genre exotique s'atteint au deuxième ou au troisième défilé. Quand votre panier est plein et votre compte en banque vide, vous demandez à finaliser la commande, autrement dit la régler. Alors commence la vraie bataille : vous donnez vos identifiants et mot de passe (vous les avez fait accepter sans problème la dernière fois, c'est enregistré tout ça, et le N° de portable et le N° de votre compte bancaire). Eh bien ça marchait la dernière fois, aujourd'hui ça marche plus. Humblement prenant la responsabilité personnelle de l'échec, vous vous appliquez et recommencez les opérations jusqu'à l'écoeurement absolu. Pourquoi ça marchait avant? C'est qu'il y avait quelqu'un d'autre aux commandes...

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2021 5 10 /09 /septembre /2021 11:20

TERMES GUINDES

 

          Présidente, avez-vous dit? Mais qui ça? Où ça? Quand ça? Mais mes belins-belines, personne autre que moi, à midi, le 19 septembre, au milieu exact du Salon du Livre de Chalon!. Je n'ai jamais eu le culte des titres. Je dois avouer qu'en mission universitaire en Egypte, j'avais du mal à me retenir de rire quand on appelait cérémonieusement mon  copain, le président de l'université, "Votre Excellence"'. Il y a pourtant des occasions où les titres sont nécessaires pour souligner le niveau des rapports officiels, et dans ces contextes les titres pompeux des fonctions confèrent une certaine solennité à ces expressions un peu ampoulées qui ont cours entre organismes de même teneur et qui signalent le haut niveau des échanges, civilités et engagements. Ma prestation honorifique ne se situera pas entre diplomaties de pays en pourparler. Mais, apparat mis à part, il y aura quelque chose de symbolique et de touchant entre le discours du Maire qui insistera sur l'importance du fonds Lucette Desvignes et celui de Dame Lucette qui expliquera pourquoi elle est restée si attachée à la ville de sa jeunesse. La majuscule affublant le nom de la Présidente est comme une politesse banale  de locataires se croisant dans l'escalier (Bonjour! ça va? - et vous, ça va?). Elle n'ajoute rien à la valeur personnelle, mais c'est la tradition  et je vais m'abriter sous sa fonction tutélaire sans méditer davantage.

                                                        

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2021 3 08 /09 /septembre /2021 14:18

PETITES RUSES COMMERCIALES

 

          Les catalogues, qu'ils soient de lingerie, de vaisselle, d'épicerie ou de fleurs, ont tous autant qu'ils sont tendance à vous considérer - vous, la cliente qu'il faut à tout prix retenir dans leurs filets - comme une sorte de déité qu'ils ont l'aimable tâche de combler d'attentions et de gâteries. Ils vous offrent des cadeaux (c'est eux qui ont  inventé et répandu le beau pléonasme du cadeau gratuit), ils vous font gratter trois étiquettes pour savoir si vous allez décrocher la récompense à une étoile (le bronze), deux étoiles (l'argent) ou trois étoiles (l'or, manifestement celle qu'ils vous ont secrètement réservée). Ils  vous en cèdent trois si vous en achetez deux (n'importe quoi : des culottes, des brioches, des hortensias). Ils vous calculent des pourcentages éberluants sur vos achats passés, qui vous donnent droit à des chèques à venir sur votre' commande. Bien mieux, ils sont - c'est leur dernier truc - capables de s'accuser pour vous constituer un avoir à ne pas laisser passer. S'accuser de quoi? Ils ne précisent pas. "Pardonnez-nous! C'est nous qui avons fait cette erreur! Nous venons de la constater, donc nous nous empressons de rétablir le juste compte, ce qui vous donne un droit légitime à compensation". La compensation suit, elle n'est jamais en chiffres ronds pour avoir l'air obtenue par de savants calculs : 18, 90 ou 14,28, et vous la toucherez si vous faites une nouvelle commande.... Une compensation! Comment la dédaigner, puisqu'elle tente de réparer le tort qu'on vous fait?

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2021 3 08 /09 /septembre /2021 11:42

LE DISCOURS DE LA PRESIDENTE

 

          Une Présidente (je mets une majuscule pour faire plus d'effet) ça doit faire un discours. Qu'il y ait plein de choses dans ce discours ou qu'il soit, comme le disait Musset de son héros Hassan,  

                                           "  nu comme la main,

Nu comme un plat d'argent, nu comme un mur d'église,

Nu comme le discours d'un académicien",

 

peu importe. L'essentiel est qu'elle parle, de préférence d'un air solennel,  car personne n'écoute dans le public : on se laisse bercer par le ronron de tous ces mots enfilés à la suite, on est là pour au moins un bon quart d'heure à souffrir , on craint même le pire (et alors s'il y a lieu on commencera à toussoter, à remuer les pieds, à soupirer bruyamment de manière à lui faire comprendre, à cette Présidente, qu'on est surtout venu pour le verre de l'amitié préparé à côté avec les gougères et qu'on veut bien le payer par un peu d'ennui souffert poliment mais sans rien de plus). Mieux vaut expédier la chose en vitesse - la Présidente le sait, elle n'en est pas à sa première expérience, elle va donc tâcher de limiter son sujet à quelque point d'intérêt général, de semer en route une ou deux touches d'humour facile, de se faire en quelque sorte pardonner son ingrate fonction. Difficile que la prestation satisfasse tout le monde...

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2021 1 06 /09 /septembre /2021 18:43

 

 

UNE BONNE NOUVELLE, UNE NOUVELLE BONNE

 

          Pour remplacer ma Fatima partie trois ou quatre semaines au Maroc, j'ai dû faire appel aux compétences et réserves de l'agence qui m'avait naguère fourni des individualités inoubliables : l'une s'enfermait à la buanderie pour tranquillement casser la croûte, l'autre avait transformé la chambre à donner où elle n'avait rien à faire en salon de coiffure pour ses cheveux et son maquillage, une troisième trop habituée au sac de couchage ne savait pas faire un lit. N'ayant pas oublié cet éclectisme des fournitures humaines, je me suis préparée à toutes les résignations possibles pour renouer avec l'agence. On m'a amené ce matin une grande belle fille brune avec des yeux verts superbes et des tatouages aux épaules; j'ai fait bonne figure car elle avait un sourire irrésistible (et puis, trois semaines c'est bien vite passé, pas vrai mes belins-belines?). Eh!bien,  elle a travaillé comme une abeille, silencieuse et efficace, laissant ma maison en ordre afin que, livrée à moi-même, j'y organise mon désordre sans attendre. Cerise sur le gâteau : elle connaît tous les  secrets des ordinateurs! Cela me laisse augurer que j'aurai de la main d'oeuvre disponible pour les accidents du parcours informatique que j'entends suivre avec intrépidité.

 

 

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2021 1 06 /09 /septembre /2021 11:19

RENTREE EN PLEINE FIEVRE

 

          La reprise, la rentrée... Au fond ça s'appelle la routine, pour moi du moins  :  contrôle oculaire le mardi, piqûre dans le bloc oculaire le jeudi. Les vacances d'été n'ont rien changé, sauf que j'hérite d'un troisième ophtalmo jusqu'à présent inconnu au bataillon. Sera-t-il un sous-fifre pour prêter la main ou un  sommet pour contrôler si les choses se font comme il faut? Peu importe. Je constate que mon  cheptel médical s'augmente régulièrement (ce qu'ils seraient heureux et fiers, tous, d'apprendre que je les considère comme mon cheptel , eux qui me considèrent de leur côté comme de la chair à piqûre, pilules ou interventions au scalpel ! mais bien sûr avec eux je fais profil bas, j'ai besoin d'eux tous, pas question de les froisser). En attendant, comme tous réclament ma présence à peu près aux même heures et aux mêmes jours, je dois refaire une planification totale de mes rendez-vous. Les secrétaires ou réceptionnistes chargées de la chose doivent penser que je suis une enquiquineuse de première, si le premier RV déplacé qu'elles me fixent doit encore être déplacé. Tant pis! Les chiens aboient, la caravane passe...                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

RENTREE EN PLEINE FIEVRE

 

          La reprise, la rentrée... Au fond ça s'appelle la routine, pour moi du moins  :  contrôle oculaire le mardi, piqûre dans le bloc oculaire le jeudi. Les vacances d'été n'ont rien changé, sauf que j'hérite d'un troisième ophtalmo jusqu'à présent inconnu au bataillon. Sera-t-il un sous-fifre pour prêter la main ou un  sommet pour contrôler si les choses se font comme il faut? Peu importe. Je constate que mon  cheptel médical s'augmente régulièrement (ce qu'ils seraient heureux et fiers, tous, d'apprendre que je les considère comme mon cheptel , eux qui me considèrent de leur côté comme de la chair à piqûre, pilules ou interventions au scalpel ! mais bien sûr avec eux je fais profil bas, j'ai besoin d'eux tous, pas question de les froisser). En attendant, comme tous réclament ma présence à peu près aux même heures et aux mêmes jours, je dois refaire une planification totale de mes rendez-vous. Les secrétaires ou réceptionnistes chargées de la chose doivent penser que je suis une enquiquineuse de première, si le premier RV déplacé qu'elles me fixent doit encore être déplacé. Tant pis! Les chiens aboient, la caravane passe...                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2021 4 02 /09 /septembre /2021 11:40

MANQUEMENTS A L'APPEL

 

          Encore quelques lacunes - les médicaux l'emportent sur la littérature! Non qu'il y ait péril en la demeure au chapitre santé, mais tout simplement avec la rentrée (tout le monde était donc parti?) tout le monde se remet, soit la corde  autour du cou, soit à la disposition des clients '(les deux choses peuvent d'ailleurs se combiner). Les yeux (à quatre mains donc deux spécialistes), les oreilles (entre clinicien et techniciens des prothèses), le bilan  gériatrique semi annuel, le renouvellement des remèdes mensuels, cela fait autant de démarches, autrement dit pour moi qui ne me bouscule pas trop un agenda tout zébré. La littérature n'est pas oubliée, of course! Le salon du livre des 7 et 8 août repoussé aux 17 & 18, l'enlèvement le 23 - après huit ans, oui huit ans - des cartons pleins de livres qui constituent la donation de tout ce qui, en manuscrit ou imprimé, correspond à mon activité  d'écrivain, créent par la mobilisation des préparatifs une tension débordant largement les dates d'effervescence elles-mêmes. Tout ça pour vous dire, mes belins-belines (et vous allez trouver qu'aujourd'hui y a pas gras, et vous aurez ma foi raison) pour vous dire que tout va bien  et que je reprends incessamment la plume informatique. Vous n'avez qu'à imaginer que je viens de traverser un bref accès de méditation transcendentale : vous allez voir comme c'est facile alors de pardonner respectueusement mes silences.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 août 2021 6 28 /08 /août /2021 16:17

         

PAIEMENT PAR CB ET PAR INTERNET

 

Toujours battante, et toujours partante pour n'importe quelle entreprise casse-gueule,  j'ai décidé de me faire livrer par Intermarché. Il y avait déjà eu deux ou trois tentatives avortées en fin de parcours, la chose butant au moment de l'intervention de la banque, toujours, elle, incompréhensive et pincée. Je me lance donc dans la commande, secondée par mon aide ménagère qui prend bien vite les rênes de tout l'aspect informatique : je me contente de donner les ordres pour les denrées, beurre nectarines oignons blancs. Par ses soins j'ai pu faire une entrée administrative glorieuse dans ce magasin inexistant autrement qu'en pages de catalogue qu'on effeuille, et installer un panier, y entasser des objets de consommation, discuter des prix, arriver à un montant que je règle par carte bancaire : ils ont l'air content, je crois que c'est fini. Que non pas! Il faut appeler mon fils qui a donné son N° de CB (le mien s'avachissant du même coup) pour recevoir de notre banque commune un code de contrôle d'identité destiné à vivre quelques heures, il faut donc faire fissa pour vérifier mon identité grâce à celle de mon fils et dès lors l'opération est terminée, la livraison pourra se faire. Je remarque que c'est bien compliqué, cette nécessité de faire intervenir une tierce personne vivant dans une autre ville et qu'on dérange, mais il m'est rétorqué que ce serait bien pire (entendez : créant des problèmes insolubles inimaginables à l'avance, donc ne pouvant être contrés) si on me laissait me débrouiller toute seule.

Partager cet article
Repost0
27 août 2021 5 27 /08 /août /2021 15:01

CHERTE DE LA VIE

 

          Chaque fois qu'un palier nouveau se dessine dans l'évolution de l'épidémie (obligation du port du masque, confinement, déconfinement, reconfinement, ouverture des cafés terrasse, campagne de vaccination, manifestations de rue), c'est la consternation pour le menu peuple, mais c'est une excuse toute trouvée pour la montée des prix qui s'en donne à coeur joie. La première razzia effectuée par la France entière en un accès de folie furieuse (riz,  pâtes, papier toilette, eau minérale) avait causé la hausse des prix lorsque, péniblement, les denrées étaient réapparues. On pouvait alors, en soupirant, en attribuer la cause au chaos qui s'était installé assez longuement dans les produits de consommation, mais par la suite? Pourquoi la hausse du prix du pain, pourquoi les prix astronomiques atteints par les fruits de saison, les nectarines à la remorque des fraises et des cerises? Pourquoi les pommes de terre, pourquoi les oeufs? Pourquoi les concombres? J'ignore ce qui se passe dans le secteur viandes, mais il doit bien y avoir eu ce même phénomène d'enchérissement par bonds et par sauts. Que se passera-t-il si à chaque nouvelle vaccination (la troisième se trouvant déjà solidement institutionnalisée, et l'avenir ouvert à mainte récidive) il faut gratter les fonds de tiroir tandis que le panier de la ménagère se fera de plus en plus léger?

Partager cet article
Repost0
26 août 2021 4 26 /08 /août /2021 20:09

REPRISE

 

                                                       Il fait si beau depuis deux jours!  Si les feuilles n'accusaient pas une certaine lassitude - elles n'ont pas changé de couleur, elles se sont quelque peu assoupies, parfois presque fripées - on se croirait presque en début d'été. Et pour autant on n'entend parler que de la rentrée! La rentrée des primaires avec l'aménagement des salles, les nouvelles consignes données aux maîtres, les problèmes du vaccin en plus des gestes barrière. La rentrée gouvernementale, fini Brégançon et la piscine onéreuse, reprise des déplacements lointains, reprise des contacts "avec le peuple". La rentrée politique : dans chaque parti ou formation plus ou moins effervescente, on se guette par en-dessous, on se prépare pour des révélations ou des coups en douce, les unanimités respectives auront du mal à se constituer. Pour les restaurants et cafés terrasse, parler d'une reprise serait en quelque sorte les insulter. Ils peuvent enfin travailler et le contexte des vacances joue en leur faveur; leur effervescence, à eux, trahit plutôt une inquiétude permanente  des interdictions d'exister qui peuvent se formuler d'un instant à l'autre. La télévision reprend ses visages habituels, et ses programmes du genre Club, Face à Face, Duel, Tête à tête, On vous dit tout,  ou encore Ici on discute, se remettent en devoir de nous dorer la pilule ou de nous faire croire qu'ils sont honnêtes, non influencés par le lèche-bottisme, non tentés par le désir de nous suggérer des opinions et des manières de voir conformes aux leurs. Parfait! A nous de reprendre le scepticisme, l'incrédulité, la lucidité, l'ironie - toutes choses nécessaires si l'on veut tenir le coup dans ces contextes accablants.

 

Partager cet article
Repost0